AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'AVENTURE CONTINUE ICI ; http://mebeforeyou.forumactif.org/

Partagez | 
 

 and we meet again (lazlo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lior Eales
slowly drowning
avatar

(FACE, ©) : lambert ©ninetofive
(PSEUDO) : you can call me fantastic, solsken
(MEETINGS) : 130
(AGE) : twenty-one years old.

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: and we meet again (lazlo)    Jeu 22 Oct - 20:15


and we meet again.
lazlo&anton





On dit toujours qu'il y a plusieurs étapes dans un deuil. La première, c'est le choc, le déni, là où on ne peut pas croire ce qui nous arrive. Vient ensuite la colère, la rage, pourquoi nous ? Pourquoi eux ? Après, il y a le moment où on remet tout en question. On se sent mal, en pleine détresse. Puis au fil des jours, l'acceptation fait son chemin. Elle nous vient et tout semble avoir repris son cours. Pourtant, on n'oublie pas. On vit avec.

Anton était là, planté devant une photo famille toujours accrochée dans le couloir. Cela devait bien faire cinq minutes qu'il observait ce cadre. Il avait beau l'avoir vu des milliers de fois, il ne s'en lassait pas. Peut-être était-ce la joie sur leurs visages qui le retenait. Oui, leurs sourires semblaient s'être ancrés dans le moment. Cette simple photo rappelait à Anton tous leurs bons souvenirs. C'est Lucky qui le sortit de ses pensées. Anton reprit ses esprits mais -ne pouvant s'ôter le souvenir de ses géniteurs- il décida d'aller au cimetière. Ni une, ni deux, il était en route.

Anton marchait d'un pas dynamique. Il connaissait par cœur le chemin du cimetière. Depuis que ses parents étaient morts, c'était devenu son repère. Pour certains, ça pouvait être effrayant, pour lui, ça ne l'avait jamais été et ne le serait jamais. C'était un lieu calme et paisible, dénué de vie, certes mais fait pour les vivants. Anton aimait parler à ses parents, enfin plus précisément à leurs tombes. Parfois, il se sentait religieusement ridicule. Cependant, il continuait quand même. A qui d'autre aurait-il pu demander conseil ? D'ailleurs, il devait bien avouer que cette thérapie lui convenait. Parler, il n'avait jamais aimé. Sauf que dans son cas, il n'y avait pas de réponse à attendre.

Le chemin lui parût encore plus court qu'à l'accoutumée. Il se faufila entre les allées pour finalement trouver deux tombes encore bien fleuries. L'automne avait abandonné quelques feuilles sur les grisâtres pierres et pourtant, elles n'avaient rien perdu de leur éclat. Anton ré-ajusta les potées pour qu'elles soient parfaitement mises. Le vent avait dû les déplacer. Il se plaça face aux tombes. Il ne savait pas si ses parents l'entendaient mais ses paroles le soulageaient. Il parla de Nils, de son comportement. Tout ça l'inquiétait énormément. Il ne voulait pas que son frère dérape. Sauf qu'Anton ne savait pas comment empêcher cette bombe à retardement d'exploser. Il espérait un signe, juste un truc qui l'aiderait. Sa mère avait toujours su les comprendre. Pour son père,la compréhension n'était pas forcément au rendez-vous mais il faisait de son mieux pour les divertir. Anton passa bien une trentaine de minutes à parler, à penser ou tout simplement à observer leurs tombes. Il finit néanmoins par décider de quitter le cimetière une fois qu'il eût vidé son sac.

Il reprit le même chemin, à l'inverse. Les mêmes pierres tombales, les mêmes fleurs et les mêmes absences florales. Sauf qu'Anton croisa quelqu'un qui ne faisait pas partie de son chemin. Lazlo. Lazlo était là, penché sur une tombe. Lazlo et ses cheveux blonds bien peignés, ses yeux bleus bien trop profonds. Oui, ce Lazlo. Anton eût une hésitation. Devait-il aller lui parler ou juste prétendre qu'il y avait trop de monde au cimetière pour qu'il ne l'ait pas vu ? Il opta pour la première solution, même si le choix lui semblait presque évident.

« Salut. Anton, de la garden party et accessoirement petit-ami de Talya. Je sais pas si tu te souviens de moi. Tu viens souvent ici ? Je t'ai jamais croisé. Je suis devenu un habitué depuis quelques mois...Pardon, je raconte un peu trop ma vie je crois. »

Anton avait toujours eu l'art de s'enfoncer, bien profond. Comme dans des sables mouvants mais en dix fois pire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: and we meet again (lazlo)    Jeu 22 Oct - 20:40

Lazlo s'alluma une cigarette alors qu'il sortait du campus de l'université. Une nouvelle journée venait de s'achever mais le blond n'arrivait pas à sortir d'une torpeur qui le tenait depuis près d'une semaine. Il était comme en mode automatique : se lever, prendre son petit déjeuner, aller en cours, sortir des cours, aller en boite pour se mettre la tête à l'envers, rencontrer quelqu'un, baiser, rentrer dormir quelques heures. Certes son quotidien depuis son arrivée du pensionnat consistait dans ces étapes là, une routine qu'il connaissait depuis des années, rendue intéressante par les différentes rencontres qu'il faisait, ces filles qui se jetaient presque sur lui lorsqu'il sortait les billets verts pour payer une nouvelle bouteille de champagne. Il n'était pas dupe l'héritier Whittemore, il avait beau avoir une belle gueule, la notoriété de son nom et son compte en banque marchait parfois beaucoup mieux auprès des jeunes femmes qu'il rencontrait. Mais depuis quelques temps, ce quotidien ne semblait plus le satisfaire autant, et il avait beau augmenter sa consommation d'alcool, les choses n'allaient pas en s'arrangeant. Le réveil n'en était plus que difficile et la descente à la réalité terrible. Une seule chose parvenait à lui changer les idées, un énième rituel qu'il avait également prit à son retour à Whitby. Il ne se passait pas une semaine sans qu'il se rende au cimetière, là où sa mère était enterrée. Il n'avait pas eu besoin de se rendre sur sa tombe pour lui parler, mais maintenant qu'il était de retour au pays, il en avait ressenti le besoin. Une manière d'expier ses erreurs peut être, de redevenir le petit garçon qu'il était avec elle.

Il avait déjà fumé plusieurs cigarettes lorsqu'il arriva au cimetière. Il écrasa la dernière sur le sol avant de s'avancer dans les allées, évitant le regard des autres familles venues tout comme lui rendre un hommage ou se donner bonne conscience, au choix. Il arriva devant la tombe de sa mère et nota qu'elle était sale, la dernière tempête avait laissait sa trace. Il s'agenouilla devant et la nettoya comme il le put, lui redonnant un semblant de propreté. Il retira les fleurs mortes et nota sur son téléphone qu'il devait en racheter la prochaine fois qu'il viendrait. Il se redressa et glissa ses mains dans ses poches, son regard posé sur la pierre tombale devant lui. Perdu dans ses pensées, il ne se rendit pas compte de la présence d'Anton et sursauta en entendant sa voix. Il fronça des sourcils alors qu'il lui parlait, un peu géné et en colère d'avoir été interrompu dans un moment qu'il aurait voulu plus privé. Mais son père n'avait pas rendu cet honneur à sa mère. Néanmoins, l'interruption valait le coup. Anton, le jeune homme qui occupait ses pensées, bien qu'il ne voulait pas l'admettre, se trouvait devant lui, là où il ne l'attendait pas. Il hocha la tête à ses propos, ne pouvant s'empêcher de le regarder de la tête au pied avant de se reprendre, ce n'était pas le lieu pour ça. "Je me souviens oui..." Il marqua un silence avant de reprendre. "Je suis un habitué aussi, depuis quelques années." Il montra la pierre tombale d'un geste de la tête. Il ignorait si Talya avait parlé de leur mère à Anton, comme lui elle n'était pas du genre sentimentale. "T'en fais pas, ça peut faire du bien...de parler." L'hôpital qui se fout de la charité. Le soleil se couchait sur l'horizon et il n'allait pas tarder à faire nuit. Les deux hommes restaient là, face à l'autre, Lazlo ne savait pas trop quoi dire, intimidé par le cimetière. "Tu...ça va peut être te paraître bizarre mais, tu veux prendre un café...discuter ? Y a un coffee shop pas très loin. On...pourra faire connaissance comme ça." expliqua t'il, bien qu'une petite voix dans sa tête lui disait que la raison était tout autre. Certes il voulait apprendre à le connaître, mais pas pour le bénéfice de sa soeur, non, il voulait étancher sa soif d'en savoir plus sur Anton, il voulait tout connaître de lui, espérant ainsi calmer son obsession.
Revenir en haut Aller en bas
Lior Eales
slowly drowning
avatar

(FACE, ©) : lambert ©ninetofive
(PSEUDO) : you can call me fantastic, solsken
(MEETINGS) : 130
(AGE) : twenty-one years old.

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: and we meet again (lazlo)    Ven 23 Oct - 21:51


and we meet again.
lazlo&anton


Anton DeVries était un habitué des maladresses chroniques. C'était comme un tic, un truc incontrôlable et qui finissait toujours par arriver. A peine avait-il fini de parler qu'il se maudissait déjà intérieurement. Pourquoi avait-il fait un genre de trait d'humour dans un cimetière et surtout devant Lazlo. Ça n'avait pas l'air d'être le bon moment. Qui fait de l'humour devant une tombe ? Anton, le seul et l'unique. Mais peut-être que ce n'était peut-être pas de l'humour, simplement le trac. Dans tous les cas, ça restait anormal. Franchement, qui a le trac de parler à un mec qu'il a vu une fois dans sa vie ? Anton, encore une fois. Lazlo, il est spécial. C'est pas le mec que tu trouves au coin de la rue. Personne ne s'attend à le voir là. Surtout pas Anton. S'il avait eu le plaisir de le savoir, il aurait peut-être fait un effort vestimentaire, qui sait. D'ailleurs, Lazlo l'a détaillé de la tête au pied pour on ne sait quelle raison. La surprise, possiblement. Anton, lui, s'est focalisé sur son visage. Ses yeux exprimaient quelque chose. C'était troublant, comme si Anton n'était pas déjà assez déstabilisé. Lazlo lui dit qu'il se souvenait. Pour Anton, c'était comme un soulagement. Leur rencontre n'avait pas forcément été aussi anodine qu'on aurait pu le croire. On pouvait considérer cela comme un bon signe. Lazlo fit néanmoins une pause dans sa phrase. Celle-ci fut remplie par un petit silence avant qu'il ne continue. Le blond désigna du regard la pierre tombale qui lui faisait face. Il mentionna ''quelques années''. Le regard d'Anton quitta Lazlo pour l'inscription à laquelle Whittemore était attaché. Madame Whittemore, probablement. Talya en avait vaguement parlé à Anton pour le consoler. Elle ne s'était pas étalée sur le sujet. Anton avait toujours du mal à savoir si elle cachait juste ses sentiments ou si elle n'en avait rien à faire. C'était déconcertant.

Quoiqu'il en soit, le soleil commençait à disparaître dans le paysage. La nuit semblait arriver à petits pas. Anton et Lazlo restaient pourtant là, dans ce cimetière, face à face. Anton balbutia bien quelques paroles avant que son compère ne lui propose un café. Anton accepta bien évidemment.
« Un café ? Avec plaisir puis c'est pas que j'aime pas les cimetières, c'est vraiment tranquille mais on sera mieux là-bas je pense. » Cette idée de prendre un café avec Lazlo amusa un peu Anton. Il fallait dire que depuis la garden party, il n'avait pas cessé de penser à lui. Il avait d'ailleurs fait plus de sport qu'à n'importe quel autre moment de toute sa vie pour s'empêcher de penser à l'aîné des Whittemore. Lazlo. L. A. Z. L. O. Ces lettres, il les avait ressassées, tout comme leur rencontre qu'il avait tenté de se remémorer à la minute près. C'était du Anton tout craché, exemplaire obsession s'il vous plaît. Les deux jeunes hommes se mirent en route vers le fameux coffee shop. « J'avoue que je suis un peu curieux. Talya ne m'a jamais parlé de toi. Enfin, elle m'a juste dit qu'elle avait un frère mais rien de plus. » C'était cruellement et étrangement vrai. Parler de ses frères et sœurs, c'était un truc courant. Pourtant Talya Whittemore ne s'était jamais penchée sur le sujet. Elle semblait avoir effacé de sa vie sa mère et son frère, comme s'ils ne faisaient pas -ou plus- partie de son monde. Anton, plutôt proche de Nils, avant que tout ne dérape, avait du mal à comprendre. Lui, il tenait à sa famille. La perte de ses parents, ça avait été une claque, un coup de massue. Talya avait peut-être enterré son frère en même temps que sa mère, qui sait. « Par contre, continua t-il. Tu sembles t'y connaître en botanique. Je pensais être le seul mec de la Terre à pouvoir dire 'oeillet' en latin, tu m'épates. Du coup, je suis un être ordinaire, c'est triste. Sinon, qu'est-ce que tu fais dans la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: and we meet again (lazlo)    

Revenir en haut Aller en bas
 
and we meet again (lazlo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: writing history. :: GAME OVER-