AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'AVENTURE CONTINUE ICI ; http://mebeforeyou.forumactif.org/

Partagez | 
 

 fergus - we meet again

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: fergus - we meet again   Sam 10 Oct - 21:58


Lola x Fergus
beckett's ⊹ do you ever feel like a plastic bag? Drifting to the wind, wanted to start again.


J'en avais marre ! Je n'avais qu'une envie, c'était d'éteindre l'ordinateur. Je n'allais pas au bureau aujourd'hui parce qu'il fallait que je finisse de préparer les pages de l'édition du dimanche sur mon voyage en Grèce. Cela faisait un mois que j'étais rentrée, et je n'avais pas avancé du tout. Je n'avais rien, et il fallait que je fasse la disposition des photos pour que les rédacteurs puissent écrire les différents articles. Mais tout dépendait plus ou moins de moi. On était parti en équipe, mais j'étais la seule à avoir pris des photos, du moins, la seule à avoir pris des photos avec autre chose qu'un téléphone portable. Du coup, tout le boulot, c'était pour Lola ! Bon, ok, j'avais passé un mois plus ou moins de vacances en Grèce, j'avais eu un autre mois pour travailler, et je n'avais rien glandé, donc c'était de ma faute. Bref, là, j'étais motivée. J'avais une tasse thé à la menthe, je m'étais mise à mon bureau. J'en avais marre de regarder ces photos. Mais il le fallait. Après tout, ça va, c'était pas comme regarder et travailler pendant des heures sur des photos de gens sans domiciles, de victimes de guerre ou toutes ces choses-là. Là, il s'agissait de magnifiques paysages. J'imagine que je ne devrais pas avoir à me plaindre. Bref, boulot, boulot, boulot !

Au bout de plus de deux heures de travail, je décidais de prendre une petite pause et de refaire le pleins de thé. Et le temps je revienne, mon stupide ordinateur avait décidé de faire une mise à jour. Et donc, bien sûr, parce que c'est moi, je n'avais rien sauvegardé. « Non, non, non, non ! » J'avais absolument tout perdu, là maintenant. Je ne savais pas trop si j'avais envie de tout casser ou tout simplement d'éclater en sanglots. Je laissais tomber, je ne redémarrais même pas mon ordinateur. Je me posais dans le canapé avec ma tasse de thé et mon téléphone portable. J'appelais ma mère. Dans ces moments-là, de désespoir de travail, je pense qu'il n'y a qu'elle qui pouvait vraiment me comprendre. « Maman ? » « Ma chérie ! Tu vas bien ? » « Non... » Je pleurais. C'était pas trop mon genre, mais là, je pense que la fatigue et les nerfs jouaient pas mal. « Oh ma puce qu'est-ce qui t'arrive ? » Ma mère était adorable, elle s'inquiétait bien sûr, mais je savais qu'elle allait tout faire pour me rassurer. « J'ai bossé toute l'après midi sur mon sujet sur la Grèce, et mon ordinateur c'est éteint. J'ai perdu tout ce que je viens de faire. » C'était clairement ce qu'il venait de se passer. Ma mère ne comprenait pas grand-chose au monde de l'ordinateur mais je la connaissais, elle allait faire semblant de tout bien comprendre pour faire que je me sente mieux. « Ma chérie, c'est pas grave ! Tu récupéreras tout ça quand tu rallumeras ton ordinateur, c'est rien ! » Je riais nerveusement. Juste comme je pensais. « Non, maman. Ça ne marche pas comme ça... » Ma mère me faisait rire, malgré la situation. C'était la meilleure. « Ah bon ? Bon… Ma chérie, tu sais ce que tu vas faire ? Tu vas descendre au supermarché en bas de chez toi, et tu vas acheter un grand pot de glace et une bonne bouteille de vin, rentrer, et te remettre au travail. Tu peux le faire ma puce. » De la glace et un bon verre de vin, oui, ça pouvait être une solution. « Merci maman, j'y vais direct ! » « Bisous ma chérie! »

Je ne prenais même pas la peine de me changer, je descendais en pantalon de yoga et avec un sweat à capuche. J'avais pas franchement de chance de voir qui que ce soit que je connaissais au supermarché, encore moins de rencontrer l'homme de ma vie. Parce que soyons réaliste, les nanas qui rencontrent l'homme de leur vie au supermarché, non, ça n'arrive que dans les films de toute façon. Donc aucune honte, j'étais habillée comme une adolescente qui s'apprêtait à braquer la supérette. Je m'avançais au rayon des bouteilles de vin et choisissais un bon vin blanc, une valeur sure. En me retournant, j’apercevais au loin une tête familière. « Oh non... » me murmurais-je comme à moi-même, en reconnaissant l'infirmier qui avait soigné Kit l'autre jour, et qui était vraiment très mignon. Il ne fallait pas qu'il me voit comme ça. Enfin, de toute façon, il ne me reconnaîtrait probablement pas, comme ça au moins… Non, mais non… Franchement j'allais me taper la honte si il me voyait comme ça. Je veux dire, j'avais un pantalon moulant de sport, un sweat à capuche que portent les adolescentes de quinze ans, des tennis et mes cheveux étaient… pas terrible, juste complètement fous. Non, de toute façon, ce ne serait que la troisième fois qu'il me verrait, il est infirmier, il voit des tas de personnes chaque jour. Non, ça va, au pire, si il me voit, il ne me reconnaîtra pas. J'aurais été habillée différemment, peut être que oui, j'aurais osé faire le premier pas, mais là… Non. Donc tant pis, je me dirigeais vers le rayon des glaces. Ben & Jerry's, Cookie Dough, le bonheur à l'état pure. J'étais bien contente, je n'avais plus qu'à rentrer et me remettre au travail, ou pas… Je me retrouvais nez à nez avec le bel infirmier. Je ne pouvais pas faire l'ignorante et partir comme une mal polie. « Euh… Bonjour. » J'avais l'impression de devenir rouge à voir son sourire, ça me faisait tout bizarre. « Enfin bonsoir. Enfin je sais pas trop, il est tout juste six heures, non ? Qu'est-ce qu'il faut dire à six heures ? » Tais toi Lola, s'il te plaît tais toi. Un sourire. Ouais, j'allais me contenter de sourire, et de voir ce qu'il aurait à dire. J'espérais tout simplement qu'il soit presser et qu'il doive m'abandonner au plus vite. Et puis merde, j'avais une bouteille de vin et un pot de glace dans les mains, il allait me prendre pour une fille désespérée alors que je devais juste finir de travailler. Enfin non, j'avais pas forcément envie qu'il me laisse là en plan, en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: fergus - we meet again   Jeu 15 Oct - 19:12


Lola x Fergus
beckett's ⊹ do you ever feel like a plastic bag? Drifting to the wind, wanted to start again.


Fatigué, tu bailles aux corneilles en lançant ta veste sur ton épaule. La journée a été longue. Il faut dire que tu es debout depuis un peu plus de vingt-quatre heures. Mais tu ne t'en plains pas. Tu aimes ton boulot, et même s'il t'arrive de finir totalement dépourvu d'énergie, tu ne changerais de voie pour rien au monde. En sortant de l'hôpital, tu allumes une cigarette que tu as préalablement pris le soin de rouler. Il fait beau. Froid, certes. Mais le soleil est haut dans le ciel et les nuages se font rares. Tu avances tranquillement en direction de ta voiture, après tout, tu n'es pas pressé. Tu n'as rien de prévu ... avec qui que ce soit. On pourrait se dire que ça te dérange, mais pas du tout. Tu sais déjà comment tu vas passer ta soirée. Tu vas te mater un bon film, affalé dans ton canapé avec de la mal-bouffe. Si Colin était là, il t'engueulerait. Et il n'aurait pas tort. Tu t'étais pourtant dit que tu allais commencer à manger plus sainement … mais voilà, l'appel des pâtes carbonara et des hamburgers maison est plus fort que ta raison. C'est malheureux. Ou pas. Dans le fond, tu t'en fous. T'es jeune. Tu grossis pas. T'as la belle vie quoi ! Pour l'heure, ton seul dilemme est de te décider quant au film que tu as envie de regarder. Et ça, ce n'est pas gagné ! Mais tu as encore le temps. Il faut encore que tu passes chez toi pour prendre une douche car, on ne va pas se mentir, tu pues le vieux bouc. Tu dois aussi aller faire quelques courses. D'ailleurs, il va falloir que tu penses à te faire une liste, sinon tu es fichu. Avant de mettre le contact, tu sors ton calepin de la poche de ta veste, l'ouvres à la première page blanche que tu trouves et commences rapidement à noter ce dont tu as besoin.

Lorsque tu sors de chez toi pour aller au supermarché du coin, tu véhicules déjà une meilleure odeur. Tu as enfilé un vieux jean troué et un pull. Oui, pas de tee-shirt, il n'y en avait plus un seul de propre. D'ailleurs, tu en as profité pour lancer une machine à laver. Tu espères que tu auras le temps de faire sécher ton linge avant demain. Mais très sincèrement, tu n'y crois pas trop. En arrivant au supermarché, tu réalises que tu n'as pas pris ta veste et donc ton calepin … et donc ta liste. Tu soupires tâtant les poches de ton jeans. Au moins, tu as ton porte-feuilles, c'est déjà ça. Tu commences à te promener dans les rayons, un panier à la main. Hop, de la pâte à pizza. Du chorizo, de la mozzarella, des poivrons, de la sauce tomate, et pour finir un bon pot de gla... Oh ! « Euh… Bonjour. » Tu te retrouves nez à nez avec une jolie demoiselle. C'est limite si vous ne vous êtes pas rentrés dedans. Il ne te faut même pas dix secondes pour la reconnaître, et pourtant, tu as vraiment une mémoire de poisson rouge. Tu ne connais pas son prénom, mais le moins qu'on puisse dire, c'est que tu te souviens d'elle. C'est la fille de l'aéroport, celle que tu as ensuite recroisée à l'hôpital quand elle est venue chercher son frère. « Enfin bonsoir. Enfin je sais pas trop, il est tout juste six heures, non ? Qu'est-ce qu'il faut dire à six heures ? » Tu esquisses un sourire amusé. « Je n'sais pas trop. Je suppose que puisqu'on est plus proche du soir, on peut dire bonsoir ? » réponds-tu, pas trop sûr de toi. « Mademoiselle Banner, c'est ça ? Comment va votre frère ? » Tu supposes qu'elle porte le même nom que son frère et espères ne pas faire de boulette. D'un autre côté, c'est aussi ta façon de te renseigner sur son statut. Peut-être est-elle mariée ? Ce serait dommage. Faut dire que depuis que tu l'as vue pour la première fois, elle est restée coincée dans un petit coin de ta tête. Et pourtant, tu ne pensais pas la revoir un jour. Encore moins, la croiser deux fois en moins d'un mois. Tu ne peux t'empêcher de jeter un coup d’œil à ce qu'elle porte dans ses bras. Un pot de glace et une bouteille de vin. « Mauvaise journée ? » demandes-tu curieusement en indiquant d'un petit signe de tête ses achats. Tu te souviens des soirées déprime que ta mère avait de temps en temps. Tu la retrouvais, après le repas, avec une bonne bouteille de rouge et un énorme pot de glace qu'elle attaquait avec une cuillère à soupe.
Revenir en haut Aller en bas
 
fergus - we meet again
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: writing history. :: GAME OVER-