AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'AVENTURE CONTINUE ICI ; http://mebeforeyou.forumactif.org/

Partagez | 
 

 that wasn't there before (lexiv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: that wasn't there before (lexiv)   Mar 22 Sep - 1:40

that wasn't there before
Lexie
feat.
Liv


 

 



 

 

Well... that explains a lot !

« Cinq six, sept et huit. » Et un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit. Les cours de danse ont toujours été un des loisirs préférés de Liv. Étant atteinte d’un TDAH, la jeune blonde doit être en mouvement en tout temps. Peu importe ce que les études rapportent, dans son cas, l’hyperactivité fait encore partie de son quotidien, bien que les effets soient moins graves qu’il y a quelques années. En dehors de son travail d’intervenante, il faut bien qu’elle se vide la tête de toutes ces histoires et qu’elle ait des loisirs. Voilà comment l’école de danse l’a engagé il y a quelques années déjà pour donner des cours. Lorsqu’elle a commencé, elle en donnait à des ados puisqu’elle avait presque le même âge. Aujourd’hui, c’est un tout autre niveau. Liv en donne à des adultes et elle est bien contente de le faire. C’est une discipline qui est facile, qui utilise sa créativité et qui ne demande qu’une heure et demie deux fois par semaine. Son horaire reste donc intact comme la session se donne le soir. Voilà comment elle se retrouve aujourd’hui, alors qu’il est presque huit heures et demie, faire aller son corps sur une musique assez entrainante. La chose est assez libératrice après une dure semaine. Comme Liv est une des rares intervenantes jeunesse qui se promène, on a souvent besoin de ses services. Ce nouvel horaire la rend folle, mais la blonde aux cheveux dorés en est assez fière, après tous les efforts qu’elle a mis. Rien ne vaut une séance de danse pour se vider la tête et l’esprit ! Une fois le cours terminé, elle remercia tout le monde, en n’oubliant pas de prendre les présences. « Merci tout le monde, c’était super ! On se revoit la semaine prochaine. » Tout en prenant son crayon, quelque chose la frappa : cela faisait un bail qu’elle n’avait pas vu Lexie assister à un de ses cours. Et puis, habituellement, son amie donnait des nouvelles, alors elle se demandait ce qui pouvait bien se passer. Pour le coup, elle passa prendre des beignets dans une pâtisserie avant de filer à pied chez Lexie. Bon, ce n’était pas la tenue idéale pour rencontrer l’autre blondinette, mais elle ne pouvait pas être superwoman et se changer en une fraction de secondes. Et puis, Liv travaillait le lendemain, elle ne pouvait pas non plus rentrer trop tard. C’était une petite visite éclair pour s’assurer que tout allait bien. Tout en marchant, sa plongea dans la petite boîte afin de se prendre un de ces délices, puis elle sonna à la porte de la jeune femme en question. Elle ne venait pas les mains vides. Liv attendit que Lexie ouvre la porte. « Hey ! Je t’ai apporté un petit truc. » dit-elle, tout en avalant sa dernière bouchée de beignets. « Comme ça fait un moment que t’es pas venue, je me demandais ce qui... oh. » Puis, elle remarqua le petit ventre tout rond qui se formait sur son amie. Ça expliquait tout en fait !
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   Dim 27 Sep - 2:28


- lexie & liv -
that wasn't there before
--------------------
La journée avait été longue et tous ces rendez-vous, ces derniers préparatifs pour un mariage qui aurait lieu au cours du week-end prochain m’avaient épuisée, si bien que lorsque j’étais rentrée chez moi, j’avais pris ce qui me semblait être la sage décision de prendre une douche, manger, me poser dans le canapé et rien faire d’autre. Pour certains, cela semblait être un plan parfait, dans mon cas, c’était surtout parce que je n’avais pas le choix. Avec cette grossesse qui commençait à me travailler de plus en plus à chaque jour, que ce soit sur ma forme physique ou sur mes capacités, j’avais compris que je devais y aller plus doucement, même si cela ne frustrait. Ce n’était pas mon genre de rester tranquille et ne rien faire, tout le monde le savait, et je le prouvais plutôt bien en abandonnant progressivement toutes ces activités qui me permettaient de me sentir encore en vie et ce, malgré le décès de Caleb, malgré que ce ne soit pas chose facile. J’allais faire du jogging, je suivais des cours de danse pour me tenir en forme. Je n’arrivais plus vraiment à faire autre chose que de la marche rapide, et depuis que mes pantalons étaient devenus trop petits pour que je m’en tienne à mes tailles habituelles, j’avais mis de côté le cours de danse. Non pas volontairement, mais progressivement. Une semaine, c’était par manque de vêtements adéquats, l’autre par manque de temps, et finalement, ce soir, par manque d’énergie. Cela ne désespérait, je n’allais pas le cacher, mais je ne voyais pas comment faire autrement. Le lendemain, j’avais encore une journée chargée sur le programme, alors je ne pouvais pas me permettre de me trainer les pieds et prendre le risque de m’endormir entre le rendez-vous avec la pâtissière et avec le propriétaire de la salle de réception utilisée pour le mariage. Par conséquent, j’allais m’en tenir à ce plan, aussi moche soit-il, en tentant tant bien que mal de ne pas me sentir frustrée, ou coupable de mon incapacité.

Comme prévu, lorsque je rentrai chez moi, je pris une douche, me préparai un repas tout simple, mais qui consistait que de bonnes choses pour le bébé, selon ce que j’avais pu lire et les instructions reçues de mon médecin. En effet, depuis cette frousse que j’avais eue à l’hôpital quelque temps auparavant, je me refusais de faire un faux-pas susceptible de mettre en danger ce bébé que j’allais remettre à Adriel dans quelque temps, dès qu’il viendrait au monde en fait. Après ce repas, j’avais nettoyé ce qui était à nettoyer, puis comme je l’avais prévu, vêtue d’un jogging et un débardeur qui moulait mon petit ventre maintenant bien rond, je m’installai devant la télévision tranquillement. Toutefois, je n’eus pas le temps de la regarder bien longtemps, puisque quelques minutes après, quelqu’un frappa à la porte. Intriguée, je me rendis à celle-ci, regardai par l’œil magique de qui il s’agissait, et je me sentis à la fois étonnée et coupable de voir mon enseignante de danse, Liv.  Malgré tout, je lui ouvris la porte, lui servis un sourire. Ce fut la seule chose que je pus lui adresser, puisqu’elle se mit à parler rapidement, en venant au bout du compte à considérer mon ventre, ce qui me fit aussitôt perdre mon sourire. Non, je ne lui avais pas dit, parce que pour tout dire, je n’étalais pas trop la nouvelle de ma grossesse depuis que Caleb était décédé, histoire qu’on ne me juge pas sur le choix de le faire adopter, donc l’occasion ne s’était jamais vraiment présentée, avant aujourd’hui. Là, dans le cas présent, je ne pouvais pas vraiment me dérober, ce qui expliqua pourquoi je finis par me mordiller la lèvre, puis dire : « Hum… surprise ? » Je marquai une petite pause, mais je fis exprès de ne pas la faire durer, histoire de ne pas mettre un malaise dans la discussion. Rapidement, j’ajoutai donc : « Je suis désolée de ne pas avoir prévenu… Je suppose que je te dois des explications… » Je lui fis un petit sourire, puis je me décalai de la porte en proposant : « Tu veux entrer ? », me disant que c’était la moindre des choses à faire pour le moment.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   Jeu 1 Oct - 2:22

that wasn't there before
Lexie
feat.
Liv


 

 



 

 

Well... that explains a lot !

Liv donnait des cours depuis qu’elle avait l’âge de le faire. On lui avait même confié un camp de danse, lorsqu’elle travaillait encore dans les camps de jours. C’était un moyen fabuleux de dépenser son énergie, comme son trouble d’hyperactivité était assez important, pour envahir ses activités quotidiennes. Même si plusieurs diagnostics et experts disaient que c’était quelque chose qui partait avec l’âge, Liv restait l’unique et seule exception de tous les résultats. Et puis, les cours de danse te donnaient un peu d’argent pour économiser sur autre chose. Même avec un bon salaire d’intervenante, elle ne rejoignait pas toujours les deux bouts. Mais elle ne faisait pas ce métier rien que pour l’argent. Elle aimait danser et c’était quelque chose qu’elle adorait. C’était une autre passion. Si l’intervention n’avait pas fonctionné, la danse aurait été l’autre option. Du coup, la blondinette se faisait des amis de son âge, et non pas toujours des jeunes, en les rencontrant par les cours. Lexie était l’une de ses plus fidèles élèves et une très bonne amie. Cependant, sa disparition ne s’était faite remarquée que ce soir et Liv se sentait aussi mal de ne pas l’avoir vu avant. Mais avec son travail et la rentrée scolaire qui devenait de plus en plus folle dans les établissements, elle n’avait pas eu le temps de prendre des nouvelles de son amie. Mais en voyant le petit ventre qui s’était formé, elle comprenait mieux pourquoi elle ne s’était pas présentée à ses séances. « Pour une surprise, c’est tout une surprise. » dit Liv, tout en riant nerveusement. Elle se sentait très mal de ne pas l’avoir remarqué avant et de débarquer à l’improviste alors qu’elle aurait pu simplement appeler son amie. Mais c’était le genre de Livy : la spontanéité faisait partie de sa personnalité. On n’y pouvait absolument rien. « Tu sais, tu n’as rien à te reprocher. D’ailleurs... je suis désolée de mon côté de ne pas être passée plus tôt. » Après tout, si on pouvait voir qu’elle était enceinte, cela voulait dire que Lexie n’était passée dans ses cours depuis quelques mois déjà. La blondinette s’en voulait légèrement de n’avoir pas remarqué son absence que ce soir-là. Et pourtant, c’était une de ses plus proches amies. « Ou de ne pas avoir remarqué que tu étais absente à mes cours. » Ses joues virèrent au rouge, suite à cette déclaration. Alors, elle tendit la boîte de beignets, histoire de se faire pardonner à moitié pour cet affreux oubli. « Du coup, j’ai pensé que ça pourrait me faire pardonner. » Après tout, Lexie devait bien aimer manger, depuis qu’elle était enceinte. C’était plutôt une drôle de coïncidence, tout de même. Mais Livy sourit face à sa proposition. C’était une délicate attention, mais elle ne voulait pas faire éruption dans un mauvais moment. « Tu sais... je ne veux pas te déranger non plus. Je sais qu’il est tard et que tu dois être fatiguée. » Elle en connaissait un rayon sur les femmes enceintes et elle savait que ça pouvait être épuisant. Peut-être que la jeune femme préférait passer la soirée à se reposer.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   Lun 5 Oct - 15:31


- lexie & liv -
that wasn't there before
--------------------
Le rouge me monta au joues au moment où Liv me fit comprendre que là, c’était une relativement grosse surprise que je venais de lui faire en lui cachant ma grossesse jusqu’à ce que celle-ci soit évidente comme en ce moment. Jusqu’à ce jour, j’avais toujours cru que c’était la solution la plus simple, ne pas en parler, parce que comme ça, je n’aurais pas à justifier le pourquoi du comment je n’étais pas heureuse, radieuse comme toutes ces autres mamans en devenir, ou plutôt, pourquoi je ne l’étais plus autant qu’auparavant. Parce que le justifier reviendrait à aborder le décès de mon fiancé, le fait que je ne voulais pas garder le bébé, et ça, c’était les deux sujets que je voulais à tout prix éviter, avec qui que ce soit. Voilà pourquoi je n’en vins pas à m’expliquer sur tout cela, même si au fond, je craignais que je sois obligée de le faire à un moment ou un autre, surtout dans le cas où Liv m’en voudrait de m’être limite enfuie comme une voleuse de ses cours. Me mordillant la lèvre à cette idée, je ne sus que dire jusqu’au moment où finalement, ce fut l’enseignante qui s’excusa de ne pas être passée avant, m’arrachant alors des yeux écarquillés qui trahissaient ma surprise. Pour tout dire, je ne m’attendais pas à cela. Je m’attendais surtout à ce qu’elle vienne me demander ce que j’avais l’intention de faire concernant les cours, pas qu’elle passe pour venir prendre des nouvelles alors qu’elle avait très certainement d’autres chats à fouetter, des élèves plus intéressants, et surtout plus présents que moi à considérer. Cependant, je n’allais clairement pas lui cracher dessus, jamais je ne pourrais faire cela alors qu’elle avait cette gentille attention envers ma personne. Tout d’abord, elle passait pour me voir, mais de plus, elle m’apportait quelque chose. À cette seconde intention, je ne me fis pas prier pour dire, limite gênée : « Ce n’était pas nécessaire, vraiment… » avec un sourire timide. Puis, curieuse, je soulevai le couvercle, et je vis les beignets. Je sentis alors mon cœur fondre parce que non seulement, personne ne pouvait résister à des beignets, mais de plus, ma condition ne pouvait me permettre de résister à des beignets. Souriant largement à la vue de cela, je relevai le regard pour dire sincèrement à Liv : « Merci… » avant de l’écouter me proposer de partir, puisqu’il se faisait tard et que je devais être fatiguée. Pour le second élément, je ne savais pas si elle l’avait lu dans mes visages parce que mes cernes étaient plus évidents que jamais, mais quoiqu’il en soit, elle n’avait pas tort. Le seul souci, c’était que pour le coup, je n’avais pas envie d’être fatiguée, parce que je me rendais compte qu’après son départ, je serais seule, affalée dans le canapé, en train de m’empiffrer de beignets. Toute seule, et c’était vraiment triste. Mettant ma fatigue de côté un instant, je décidai de lui dire : « Non, ne t’en fais pas… » en me disant que je pouvais bien me botter le train pour ne pas m’endormir dans l’heure qui suivait, ou du moins, être assez en forme pour lui proposer : « Si tu n’es pas trop occupée… Peut-être tu pourrais manger un beignet avec moi avec un verre de lait ? Ou bien un café, c’est comme tu veux… » Suite à ma proposition, je me mordillai la lèvre inférieure, espérant qu’elle accepte pour le coup, parce que je me rendais compte plus que jamais que j’en avais un peu assez d’être seule le soir, aussi fatiguée pouvais-je être. Un peu de compagnie ne me ferait clairement pas de mal, et surtout pas celle de la jeune femme qui avait été si gentille à mon égard alors que je ne m’y en attendais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   Mar 13 Oct - 2:37

that wasn't there before
Lexie
feat.
Liv


 

 



 

 

Well... that explains a lot !


La générosité avait toujours fait parti de la personnalité pétillante de Liv. Comme elle était un peu tête en l’air, il lui arrivait parfois d’oublier certaines choses. Son trouble d’inattention avec hyperactivité n’aidait pas les choses. Elle vivait avec tous les jours, sans trop de honte. Elle se connaissait mieux que personne et la chose ne la dérangeait pas plus que cela. Liv aimait bien avoir d’autres rapports que simplement élèves/professeurs. C’était un de ses seuls moyens d’avoir des amis, en dehors des écoles et des établissements scolaires. Lexie était fidèle depuis un bon moment, alors elle s’en voulait de ne pas avoir remarqué sa soudaine absence au cours. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais disons que c’était un oubli dans ce cas-ci. Les derniers mois avaient été tellement surchargés qu’elle en avait oublié quelques unes de ses priorités. Ce soir, elle était simplement contente de revoir une de ses amies. Et puis, Livy lui devait bien une petite surprise pour la peine. « Ça me fait plaisir, au contraire. » sourit-elle. Bien sûr, elle sentait que Lexie se sentait mal à l’aise. C’était une intervenante jeunesse. Mais elle n’était pas là en tant que personne ressource, mais plutôt une simple amie. La blonde devait se sortir cette idée de la tête parce que parfois, la chose allait plus loin qu’une simple amitié et elle ressortait des termes du milieu sans le vouloir. Comme on dit : le boulot, c’est notre vie. Liv essayait de ne pas le faire, histoire de ne pas faire fuir ses amis. C’est exactement ce qu’elle comptait faire ce soir en compagnie de Lexie. L’intervenante fut donc assez ravie de la proposition de son amie. « Oh, ce sera avec plaisir. Tu es sûre que cela ne te dérange pas, hein ? » s’assura-t-elle avant d’aller plus loin. Elle ne voulait pas non plus déranger. Mais cette petite soirée allait lui faire aussi du bien, comme les rapports la rendaient folle et que la rentrée commençait soudainement à être moins hystérique. Et puis, il fallait bien qu’elle prenne des nouvelles de son amie, comme c’était la raison principale de sa visite. Liv mit alors un pied dans la maison et elle répondit finalement à la question de son amie : lait ou café ? Comment pouvait-elle résister à ces beignets, après tout ? « Comme on est le soir, je prendrais un verre de lait. Il faut que je me dorme pour demain, n’oublie pas que tu as affaire à une hyperactive. » La petite Livy aimait bien faire des plaisanteries à ce sujet. Il fallait bien rendre le sujet humoristique. Et puis, le fait d’avoir un trouble comme le sien ne l’empêchait pas de faire ce qu’elle aimait. Le café n’allait pas l’aider. Au contraire, le liquide allait l’énerver et elle ne serait pas capable de fermer l’œil. Elle préférait se la jouer prudente. « Alors, tu es enceinte depuis combien de temps ? » Liv n’était pas là pour juger, mais comme elle perdait vite la notion du temps, elle voulait savoir depuis quand Lexie était enciente.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   Mer 21 Oct - 15:27


- lexie & liv -
that wasn't there before
--------------------
Un vif geste négatif de la tête fut suffisant, en mon sens, pour signifier à Lexie que non, cela ne me dérangeait pas du tout qu’elle rentre un petit moment chez moi pour partager ces beignets. Je l’avais fait de façon plutôt énergique, et très rapidement, sans aucune hésitation, si bien que c’était à croire que la prochaine étape était que je commence à la supplier de rentrer pour partager ce moment, histoire que je ne sois pas seule pour manger ces beignets, que je ne sois pas seule pour me rendre encore plus misérable que je ne l’étais par moments, lorsque Caleb me manquait trop ou bien cette grossesse prenait une tournure à laquelle je ne m’attendais pas et qui me donnait l’impression d’être encore plus impuissante et démunie que je ne l’étais en ce moment. Par exemple, le fait d’être encore trop fatiguée ce soir pour penser à aller à mon cours de danse était suffisant pour me faire râler un peu plus, mais maintenant que j’avais l’occasion de ne pas être seule dans mes pensées, je n’allais clairement pas cracher sur l’opportunité. Heureusement, celle-ci se concrétisa bien rapidement, à mon grand soulagement d’ailleurs, et sitôt que Liv fut rentrée, je retrouvai soudainement aplomb et enthousiasme, déjà partante pour lui servir quelque chose à boire pour accompagner ces beignets. Encore mieux, la jeune femme choisit de prendre ce que moi j’avais l’intention de choisir, soit un verre de lait. Le commentaire qu’elle émit sur le fait de prendre du café à cette heure m’arracha un sourire, puis un :  « J’aurais fait du décaféiné de toute façon, mais un verre de lait, c’est meilleur à mon avis ! » Non pas parce que je ne voulais pas préparer du vrai café, mais parce que c’était malheureusement le seul que je pouvais me permettre en ce moment. Le goût était très similaire, voire le même que le café régulier, mais je ne retrouvais pas le même bonheur à l’idée d’en prendre un, comme s’il me manquait cette sensation d’éveil quand je le buvais. Quoiqu’il en soit, le café ne serait pas pour ce soir, alors inutile de s’attarder sur la question bien longtemps. À la place, je déposai la boîte de beignets sur le comptoir, invitant Liv à prendre place sur un des tabourets qui s’y trouvait en lui disant :  « Installe-toi, mets-toi à l’aise. » avant de me diriger vers le frigo pour y prendre le lait. Je le sortis, le posai sur le plan de travail avant de prendre deux verres, verser le liquide dedans et finalement en donner un à la jeune femme tandis que cette dernière me demandait une question que je m’étais faite poser plus d’une fois. Parler de ma grossesse était toujours délicat me concernant, mais cette question, on me l’avait tellement demandée que limite c’était devenue une banalité, si je pouvais me permettre de le dire ainsi. Sans attendre plus longtemps, j’affirmai alors :  « Ça a fait six mois il y a quelques jours. » en lâchant un petit sourire timide. Encore trois mois, et ce serait fait. Trois mois, et tout aurait changé, parce que même si je reprendrais mon quotidien, il n’en demeurait pas moins que je savais déjà qu’une partie de moi-même ne pourrait jamais oublier cet épisode, ne pourrait jamais s’effacer de ma mémoire, surtout compte tenu du fait que j’aurais l’occasion de voir l’enfant, c’était une des clauses de l’adoption que j’avais déjà établi avec Adriel. Puis, comme si je ne voulais pas nécessairement m’éterniser sur le sujet, j’ouvris de nouveau la boîte de beignets, puis je la montrai à Liv en lui disant :  « À toi l’honneur. » dans un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: that wasn't there before (lexiv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
that wasn't there before (lexiv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: writing history. :: GAME OVER-