AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'AVENTURE CONTINUE ICI ; http://mebeforeyou.forumactif.org/

Partagez | 
 

 take me back to the past (norah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: take me back to the past (norah)   Dim 20 Sep - 13:41



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Morgan se gara près du phare, comme prévu, un peu avant huit heures ce soir-là. Il ne lui avait pas reparlé depuis les quelques textos qu’elle lui avait envoyé la veille. Elle lui avait semblait plus douce, plus calme, comme si elle avait réussi à lui pardonner un petit peu son erreur. Mais elle semblait aussi tellement blessée. Morgan ç’en était rendu compte, et ça le rendait fou. Il avait envie de pouvoir faire quelque chose pour l’aider. Lui faire comprendre que, même si oui, il avait eu une relation avec Sophie, ce n’était pas important. Mais il avait beau lui dire, rien ne semblait changer, elle ne le croyait surement pas. Et savoir que la raison pour laquelle Norah était si mal, c’était lui, le rendait encore plus fou. Elle semblait toujours distante, ce qu’il comprenait. Après tout, cinq ans sans se voir, ce n’est pas rien. Morgan resta de longues minutes dans sa voiture, réfléchissant à ce qui allait se passer ensuite. Etait-il supposé arriver tout sourire, comme s’ils étaient de vieux amis ? Après tout, c’est elle qui voulait le voir. Et elle lui avait dit juste qu’elle voulait le voir juste après avoir mentionné qu’il voulait l’embrasser – ce qui était vraiment une chose bizarre à dire, mais après tout, il avait toujours été honnête. Et le fait qu’il était tard lorsqu’ils en avaient discuté n’avait pas aidé le jeune homme à contrôler ses mots, bien au contraire. Il avait relu leurs messages encore et encore, c’était la seule chose récente à laquelle il pouvait se raccrocher. Et la seule chose récente qu’il avait, en dehors des disputes. Mais aujourd’hui, c’était différent. Ils allaient devoir se voir, se parler sans qu’aucun d’eux deux ne monte sur ses grands chevaux, ou ne mentionne l’affaire avec Sophie. Ils allaient devoir reprendre du début, et ça semblait tellement dur pour Morgan.

Le jeune homme fini finalement par sortir de sa voiture, attrapant au passage les deux bouteilles de vodka qu’il avait gardé sur le siège passager. Il s’avança vers le phare avant de la voir. Comme à chaque fois qu’ils se voyaient, il senti ce pincement au cœur. De peur ou de joie, il ne savait pas trop. Peut-être un peu des deux. Peur, parce qu’il était angoissé. S’il faisait foirer cette soirée, elle ne lui laisserait sûrement plus jamais une chance. S’il voulait la reconquérir, ou au moins espérer qu’il y est plus que de la rancœur entre eux, c’était le moment. Joie, parce qu’à chaque fois qu’il la voyait, il ne pouvait s’empêcher de sourire en se rappelant les merveilleux moments passer avec elle. Salut ... lui dit-il doucement une fois arrivé à son niveau. Il se contenta de sourire légèrement, n’étant pas certain de comment elle allait l’accueillir. Après tout, la première fois avait été assez catastrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Dim 20 Sep - 14:51


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je ne pensais pas pouvoir le faire. Je ne pensais vraiment pas. Il faut croire que je suis plus mature que ce que je pensais. Il m'a fallu un peu de temps. Après tout, même si cela s'est passé il y a cinq ans, je ne l'ai appris que récemment. Et la blessure est encore vive. Mais je peux pas vivre avec cette colère et cette rancœur en moi pendant des mois. Je ne suis pas comme ça. Il a fait une erreur, certes. Mais il ne l'aurait pas fait si je n'étais pas partie. Je ne regrette pas d'avoir fait mes études à Londres. Mais il est vrai que ces derniers temps, je me demande souvent comment cela se serait passé si je n'y étais pas allée. Serait-on encore ensemble ? Aurait-on réalisé tous nos projets ? Je ne dis pas que je suis prête à reprendre les choses là où on les a laissé. Mais je veux au moins nous donner une chance. Je mentirais si je disais que les messages de hier soir ne m'ont pas fait plaisir. Enfin, la plupart des messages. Je ne peux pas rester insensible quand il me dit qu'il est toujours fou amoureux, qu'il me veut dans ses bras et qu'il a fait une énorme erreur. Si je n'ai pas réussi à l'oublier en cinq ans loin de lui, comment réussir quand il est prêt de moi avec des paroles comme ça. Je ne sais pas si je prends la bonne décision ou non. Mais au moins ce rendez-vous nous permettra de voir où nous en sommes. C'est bizarre de me dire que j'ai un rendez-vous avec Morgan. C'est comme si on retournait sept ans en arrière, lors de nos premiers rencards cet été là. Je me sens à la fois heureuse, à la fois excitée et à la fois terrifiée. Je regarde pour la énième fois ma montre en cinq minutes. Il n'est pas en retard, c'est moi qui suis en avance. J'ai pourtant l'impression d'attendre depuis des lustres. C'est officiel, j'ai la trouille. Une trouille monstre.

« Salut... ». Mon cœur rate un battement lorsque j'entends sa voix derrière moi. Je n'ai même pas entendu le bruit du moteur de sa voiture ou le bruit de ses pas. Je devais être sacrement bien enfoncé dans mes pensées. Il me sourit et je ne peux m’empêcher de sourire en retour. Il a l'air aussi peu sur de lui que moi, et ça me donne envie de la rassurer. Je sais que je n'ai pas été très gentille avec lui ces derniers temps. Je lui en ai fait baver même. Je m'en veux. Un peu. Mais c'était plus fort que moi. Après tout, quand on est amoureuse, on est pas en toute possession de sa tête ou de ses moyens. « Salut... ». Je me sens pire qu'une adolescente. Je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas quoi faire. Je préfère ne pas lui demander comment il va. Je sais que c'est de la politesse, mais je pense qu'il est un peu dans le même état que moi. Et c'est alors que mon regard se pose sur les deux bouteilles d'alcool qu'il transporte et mes yeux s'arrondissent. « MERDE ! J'ai oublié l'ananas ! ». Mes mains viennent se poser sur ma bouche. Classe Norah, tu n'aurais pas pu être plus élégante que ça. Bien joué. Pour ma défense, je n'ai pas le permis. Et faire la route à pied, avec un pack de jus d'ananas dans les bras, ce n'est pas le plus simple. Allez, pas d'excuse. Ça m'est complètement sorti de la tête. C'est ça de s'envoyer des messages et de dire des trucs à deux heures du matin aussi. Une nuit de sommeil, et tout est passé à la trappe.


Dernière édition par Norah Percy le Dim 20 Sep - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Dim 20 Sep - 23:04



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Norah se retourna vers lui, visiblement surprise. Il avait dû lui faire peur. Ça commence bien. Morgan la regarda attentivement, cherchant la moindre réaction qui lui ferait passer l’envie de retourner en courant à sa voiture pour se cacher les vingt prochaines années de sa vie. Elle sourit finalement, légèrement, à peu près comme lui. Morgan ne pu s’empêcher de penser qu’elle était peut-être mal à l’aise, autant que lui. Et que, la dernière fois qu’ils avaient été à un rendez-vous en étant autant nerveux, c’était lorsqu’ils étaient au lycée. Rendez-vous. Non, il fallait qu’il se chasse ça de la tête. Ce n’était pas un rendez-vous, elle ne l’avait jamais mentionné comme ça. D’ailleurs, elle ne le voyait surement même pas comme ça. C’était juste… une sorte de réunion amicale. Ou pas si amicale que ça. Après tout, les dernières fois où ils s’étaient vu avait été assez dramatiques. Puis Morgan avait rompu avec elle. Il avait beau le regretter, ça aussi, ça n’allait pas faire changer le passé. Il avait choisi de rompre, de leur laisser une sorte de liberté. Et tout ça pour quoi ? Voilà où ils en étaient. Tous les deux, à Whitby, cinq ans après, plantés comme des gamins à leur premier rendez-vous. Salut.. Visiblement, Norah n’est pas seulement autant nerveuse que Morgan, elle est aussi tout autant inspirée. Eux qui s’écrivaient des longs messages la veille, les voilà bien silencieux tout à coup.

Le jeune homme resta silencieux un moment, son regard posé sur son ex-copine, détaillant ses moindres traits. Après toutes ces années, il en avait bien le droit. Elle avait si peu changé. Physiquement, en tout cas. Et même si elle semblait être la même, il ne pouvait s’empêcher de se demander si ces cinq années dans la capitale l’avait fait devenir plus… femme urbaine qui n’a pas besoin d’un homme dans sa vie. La vérité c’est que lui, il avait besoin d’elle, et il le savait très bien. Merde ! lâcha-t-elle, attrapant l’attention de Morgan au passage, qui semblait s’être perdu dans toutes ses questions. J’ai oublié l’ananas. La brunette mit ses mains sur sa bouche, comme si ce qu’elle venait de dire était une tragédie. Il ne savait pas trop si c’était pour le juron ou pour le fait qu’elle ait oublié les boissons, mais ça fit sourire Morgan un peu plus. Il pouffa même de rire. C’est pas grave Norah, finit-il par répondre, ses yeux toujours rivés sur elle. On a pas tellement besoin d’alcool. Et sinon, on peut toujours le boire pur. Il n’avait aucune idée de pourquoi il venait de proposer cela. Il avait deux bouteilles de vodka, et il lui avait proposé de boire tout ça pur. Après tout, il ne savait pas vraiment si elle buvait. Sûrement, puisqu’elle lui avait dit de prendre des bouteilles. Mais à quel point ? Le sourire sur les lèvres de Morgan disparu quand le garçon replongea la tête la première dans ses angoisses à propos de leur petite soirée à deux. Il ne pouvait pas être honnête, dire des bêtises et juste s’amuser. Il ne pouvait pas tout faire foirer, et il le savait. Pour une fois, il allait devoir réfléchir avant de parler. Il savait que ça ne pourrait pas lui faire de mal, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 0:11


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je fais semblant d'ignorer son regard qui se promène sur moi. Ce n'est pas le genre de regard qu'ont les hommes qui se demandant a quoi ressemblent telle ou telle fille sans ses vêtements. Non, évidement que non, sinon il s'en serait déjà prit une belle dans la figure. Ça ferait deux en l'espace de peu de temps. Ça non plus je n'en suis pas très fière d'ailleurs. Non, c'est le genre de regard qu'il aurait pu porter sur moi il y a cinq ans. Sauf que je vois bien qu'il me détaille un peu comme s'il essaie de remarquer les changements qui se sont produit depuis la fin du lycée. Je ne pense pas avoir tellement changé. Mais je me vois tous les jours dans le miroir. C'est comme lui, il n'est pas si différent du garçon que j'ai laissé derrière moi. Mais je vois tout de même bien que les années ont passées sur les traits de son visage ou la façon dont il se tient. Tant d'années que j'aurais aimé passé à ses côtés. Allez, il faut que j'arrête de penser à ça. Je me fais du mal pour rien. Mais ses yeux brisent une a une toutes mes barrières. Vulnérable comme au premier jour. Je sens même mes joues qui commencent à chauffer doucement. Heureusement, en baissant les yeux pour me dérober comme la grosse froussarde que je suis, les bouteilles attire mon attention. Me rappelant ainsi que j'ai une mémoire de poisson rouge. Le jus d'ananas ! Il est bien là où je l'ai laissé. C'est à dire dans mon frigo. Quelle nouille. Ça a au moins pour effet de détendre un peu l'atmosphère et de le faire rire. Et donc, me faire sourire un peu plus franchement. Finalement, peut-être que cette soirée ne s'annonce pas si mal. « C’est pas grave Norah. On a pas tellement besoin d’alcool. Et sinon, on peut toujours le boire pur. ». Et là, je ne sais pas ce qui se passe dans sa tête, mais je vois bien qu'il se ferme de nouveau. Non non non non non ! Si je lui ai proposé cette soirée, ce n'est pas pour qu'il angoisse à chaque fois qu'il ouvre la bouche. Bon, c'est probablement un peu ma faute. D'accord beaucoup. Je n'ai pas été tendre avec lui. Mais là, il faut que je trouve une solution pour qu'il se détende, et vite. Parce que si il angoisse, je vais d'autant plus angoisser et ça va faire effet boule de neige. Je ne veux pas qu'on reste sur les rencontres de ces derniers jours. Ça ne nous ressemble pas. Et je veux qu'il passe une bonne soirée. Qu'on passe une bonne soirée.

« Fais attention Don Juan, où je pourrais croire que tu veux me saouler pour profiter de moi. ». Purée, je suis fière de moi. Ma voix n'a pas tremblé. J'ai l'air sure de moi. Ce que je peux vous assurer, je ne suis pas du tout. Mais pas du tout ! Pourtant une chose est certaine, c'est que j'ai bien besoin d'alcool. Lui aussi d'ailleurs. Pas forcément au point de finir rond comme des barriques. Mais pour nous détendre un peu. « Une pour toi, une pour moi, t'en dis quoi ? ». Je n'attends pas vraiment sa réponse à vrai dire. Je lui prends doucement une des deux bouteilles des mains avant de l'ouvrir. Heureusement, c'est une de ces fausses capsules facile à retirer. Sinon je n'aurais plus de main à l'heure qu'il est. Je porte la boisson à mes lèvres. Le liquide me brûle la gorge. Il me fait même tousser. « La vache, c'était peut-être pas une bonne idée finalement. ». Ça y est. Je sais ce qui m'arrive. Je suis nerveuse. Et quand je suis nerveuse, je parle. Trop. Un vrai moulin à parole. « Aller parles. Dis quelque chose steuplé. Je vois que t'es nerveux. Et ça me rends encore plus nerveuse. Je sais que je faisais la fille distante et froide hier par message. On peut faire croire ce qu'on veut à travers un écran. Mais j'ai la trouille Morgan. Te revoir après cinq ans. Et la fois où tu t'es pointé chez moi et le pseudo événement sur la plage, ça compte pas. Je sais même pas ce qu'on fait là. Est-ce que c’est un rencard. Ou pas. Alors dis moi quelque chose s'il te plait. ». Bordel Norah, mais tais toi ! Laisses le en placer une aussi. Et le pire, c'est que je n'ai même pas bu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 12:13



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Ça lui rappelait les tous premiers rendez-vous, où il tentait tant bien que mal de passer pour un garçon calme et discret. Il n’était pas non plus turbulent, mais il aimait les blagues, il aimait faire l’idiot et s’amuser. Avec Norah, surtout. En deux ans, il avait pris cette habitude. Être lui, faire l’idiot. Elle le connaissait tellement bien. Mais là, il n’y arrivait pas. Il avait peur d’être trop lourd ou de l’ennuyer. Il avait peur qu’elle ait trop changé pour l’apprécier au naturel. Fais attention Don Juan, dit-elle et Morgan releva ses yeux vers elle en souriant. Don Juan, ça, c’était du rentre dedans. Ou je pourrais croire que tu veux me saouler pour profiter de moi. Morgan s’apprêtait à lui répondre, à lui dire que jamais il ne ferait ça, que c’était ridicule et qu’en fait, c’était elle qui voulait de l’alcool. Il savait bien qu’elle rigolait, mais ça ne l’aidait pas. Pas pour l’instant. Et finalement, avant qu’il ait le temps de dire quoi que ce soit, la jeune femme attrapa une des bouteilles que Morgan avait apportées. Une pour toi, une pour moi, t’en dis quoi ? Il savait que c’était une mauvaise idée, mais il aimait la voir s’amuser. Néanmoins, il ne s’attendait pas à la voir ouvrir la bouteille et boire une gorgée, d’un coup. Il écarquilla légèrement les yeux. Et bien, elle s’était visiblement bien dévergondée, à la fac. La jeune femme se mit à tousser, et Morgan lâcha un petit rire. C’est de la vodka, en même temps … dit-il doucement. Mais Norah avait fini de boire, de tousser et même d’être à l’aise avec lui. Du moins, c’est ce qu’il pensait. Qu’elle avait, pendant une minute ou deux, été à l’aise, par rapport à lui. Peut-être parce qu’elle, elle n’avait rien à rattraper. Ils restèrent là, à se regarder, avant que Norah lâche tout.

Elle parla tellement rapidement, que Morgan n’était pas sûr de tout suivre et de tout comprendre. Elle parlait beaucoup, elle parlait vite, elle s’embrouillait. Elle lui dit de parler, parce qu’il était nerveux et que ça la rendait encore plus nerveuse. Merde, il savait pourtant qu’être trop nerveux n’était pas bon non plus. Et voilà que maintenant, c’était elle, qui était nerveuse. Elle lui reparla de la veille, des messages et du fait qu’elle était distante. Ou plutôt qu’elle faisait semblant de l’être. Elle lui dit qu’elle avait peur, et il ne pût s’empêcher de grimacer légèrement. Visiblement, il ne gérait vraiment pas. Au contraire, il ne faisait qu’empirer les choses. Elle mentionna aussi les deux dernières fois où ils s’étaient vu, chez elle et à la plage. Une fois il s’était pris une baffe, l’autre fois il avait agi comme un copain jaloux ridicule. Bravo. Je sais même pas ce qu’on fait là. Est-ce c’est un rencard ? Cette dernière question attrapa l’attention de Morgan. Alors elle aussi, elle se posait cette question. Il avança légèrement vers elle, ses yeux détaillant de nouveau son visage. Sa main libre s’approcha d'elle. Il comptait d’abord la mettre sur sa joue, mais se demanda si ce n’était pas un geste trop intime. Après tout, il ne se retrouvaient qu'à peine, mais c'était comme un automatisme. Finalement, il la posa doucement sur son bras. Norah, détends-toi, commença-t-il. T’es vraiment troublante quand tu te mets à parler comme ça. Il pinça doucement ses lèvres avant de sourire légèrement, un peu forcé, mais il savait qu’à force il arriverait à se détendre. Et t’es pas obligé de boire pour détendre l’atmosphère, je suis pas sûr de comment ça va finir si on est tous les deux bourrés. Il lâcha un petit rire, angoissant légèrement moins. A force, il se doutait bien qu’ils allaient se retrouver à l’aise comme à l’époque. Il leur fallait juste du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 13:43


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je ne nous reconnais plus. Lui comme moi. On avait l'habitude d'être tellement bien dès qu'on était tous les deux. Comme si on était à notre place que lorsqu'on était en compagnie de l'autre. Et maintenant, de quoi est-ce qu'on à l'air ? De deux étrangers, ou presque. Je ne suis pas à l'aise. Je ne sais pas quoi dire ou quoi faire. Et lui ? Il a l'air de peser chacun de ses mots et chacun de ses mouvements. Comme si à la moindre parole il risquait de dire quelque chose qu'il ne fallait pas et que je risquais de partir en courant. Je sais que ce n'est pas forcément la meilleure idée du monde de boire. Mais je n'ai aucune idée potable pour le moment, alors ça ou autre chose. Je me rends compte que ce n'est définitivement pas une bonne idée lorsqu'une grimace se forme sur mon visage et que ma gorge se transforme en volcan en ébullition. « C’est de la vodka, en même temps... ». Je ne relève pas. Ce qui prouve bien l'état de dégradation de notre relation. D'habitude je lui aurais lancé une pique, j'aurais rigolé avec lui, et là je reste muette comme une carpe. Je ne pensais pas que lui et moi on en arriverait là un jour. Même une fois qu'on avait rompu, je n'ai jamais pensé que notre relation en arriverait à ce point. Je n'ai jamais imaginé pouvoir retrouver cette alchimie qu'il y avait entre nous avant, même si j'avoue avoir toujours eu dans un coin de la tête qu'on pourrait se donner une nouvelle chance une fois mes études terminées. Mais je ne pensais pas qu'on perdrait notre complicité. Je me rends bien compte que j'ai l'air d'une folle lorsque mon débit de parole dépasse de loin la moyenne. Mais je m'en fiche. Il faut que ça sorte. Ça aura peut-être pour effet de briser la glace. Ou tout le contraire. Il s'approche de moi, et mon premier automatisme est de reculer. Même si je ne le fais pas bien évidemment. Comment en est-on arrivé là ? A l'époque, il faisait un pas vers moi et j'en faisais trois vers lui. Maintenant il en fait un vers moi, et j'en fais un en arrière. Sa main se pose sur mon bras. C'est étrange et réconfortant en même temps. Étrange car je ne m'attendais pas vraiment ça de sa part. Réconfortant car cela me rappelle comment c'était avant. Il me fait toujours le même effet quand il me touche, même si j'essaie de ne pas le montrer. En tous les cas, ça me calme à peu près. « Norah, détends-toi. T’es vraiment troublante quand tu te mets à parler comme ça. ». Il marque une petite pause, essayent de sourire. Sans grand succès. « Et t’es pas obligé de boire pour détendre l’atmosphère, je suis pas sûr de comment ça va finir si on est tous les deux bourrés. ». Et je ne suis pas certaine d'avoir envie de le savoir.

« Sinon je peux aussi être la seule à être bourrée... ». Ça y est, je prends ma voix mielleuse et ma mine boudeuse. Une vraie gamine je vous dit. Même si je sais que Morgan à raison, je n'ai pas trop envie de la lâcher ma bouteille. Enfin, sa bouteille techniquement. C'est un peu ma seule amie pour le moment dans les environs. Pas que je considère Morgan comme mon ennemi, mais il ne m'aide pas à me détendre lui. Aller Norah, reprends toi. Tu es une femme forte. Mais malheureusement, ma faiblesse la plus grande, c'est lui. Je décide alors de poser la bouteille, pas trop loin de moi quand même. Qu'elle soit à distance si j'en ai besoin. Ma bouée de sauvetage en quelque sorte. Je souffle un bon coup avant de reprendre. « Bon ok, on reprend à zéro. ». Je lui tends alors la main. « Bonjour, je m'appelle Norah Percy. ». C'est probablement la meilleure chose à faire. Tout reprendre à zéro. Cela permettra peut-être d'apprendre à nous connaître de nouveau. Car même si nous ne pouvions pas avoir foncièrement changé, on a tout de même grandi. On a mûrit. On a évolué. Et en cinq ans, il s'en passe des choses. La ville à probablement eu un effet sur moi, même si je pense être toujours la même. Comme ces cinq années ont dû avoir un effet sur lui. J'espère simplement qu'il va entrer dans le jeu et ne pas me laisser en plan la main en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 15:09



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Il continua de la regarder, ses yeux dans les siens, un sourire amusé et honnête sur les lèvres. Sa main s’attarda sur son épaule, avant qu’il ne la retire finalement. Après tout, en cinq ans, c’était la première fois qu’il avait un contact physique. En dehors de la magnifique baffe qu’il avait prise, quelques jours plus tôt, bien sûr. Il la regarda tendrement, bien que ce ne soit pas ce qu’il voulait. Il aurait voulu être là entre en amis, et c’est ce qu’il avait prévu, avant de venir ici. Mais ça avait raté. Dès qu’il la voyait, ça ratait. Il ne pouvait pas être que amis, avec elle. Il savait que jamais ça ne marcherait, il était bien trop amoureux d’elle. Sinon je peux aussi être la seule à être bourrée. Morgan lâcha un nouveau rire en la regardant. On aurait dit une enfant, et il aimait tellement ça chez elle. C’était généralement le moment où il se moquait d’elle avant de l’attraper par la taille et de l’embrasser. Mais pour aujourd’hui, ce serait seulement le moment où il rigolerait, secouant doucement la tête. Je refuse, c’est injuste pour moi, dit-il finalement. Et pour la première fois depuis qu’il était là, il n’avait pas réfléchit à dix fois avant de dire quelque chose. Il l’avait dit, c’était tout. C’était peut-être pas plus mal, après tout. Juste être lui. Ça avait toujours suffit à Norah, pourquoi est-ce que ça changerait maintenant ? Et si ça changeait, c’est qu’ils n’étaient pas faits pour être ensemble. Voilà, c’était simplement ça. Non. Jamais il ne se résoudrait à se dire quelque chose de la sorte. Pour lui c’était évident, ils étaient faits pour ça. Pour être l’un avec l’autre, toute leur vie. Il ne se voyait n’être qu’ami avec elle, parce que pour lui, elle était la femme. La seule dont il avait été amoureux, sûrement la seule dont il le serait.

Norah posa finalement sa bouteille, toujours a porté d’elle, avant de prendre une grande inspiration. Bon ok, on reprend à zéro. Elle tendit sa main vers Morgan, qui la regarda en fronçant légèrement les sourcils. Bonjour, je m’appelle Norah Percy. Reprendre du début, du tout début. Morgan ne put s’empêcher de sourire, une nouvelle fois amusé par la jeune femme, mais prit quand même sa main, la serrant légèrement. Enchanté, Norah. Moi c’est Morgan Davis. Il tenta de rester sérieux mais éclata de rire quelques secondes seulement après, lâchant sa main. Il savait qu’il n’y avait pas de quoi rire, que c’était sûrement nerveux, mais ça lui faisait du bien. Alors après tout, pourquoi pas. C’est peut-être un peu trop au début ça, Norah, lui annonca-t-il une fois calmé. Ou alors il va falloir se créer un nouveau point zéro, parce que je suis pas sûr d’être capable de zapper comme ça nos deux ans ensemble. Il se contenta de sourire, la regardant toujours. Un sourire honnête, par un sourire coincé comme il avait en pris l’habitude depuis qu’il était là avec elle. Un sourire qui voulait dire je ne peux pas oublier, je ne compte pas oublier, mais on peut quand même repartir du début en tenant compte de tout ça. Ou peut-être que son sourire ne le disait pas clairement, mais lui c’est ce qu’il avait en tête, dans tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 16:31


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je ne savais définitivement plus où me mettre. Pourquoi faut-il qu'il ait cet effet sur moi ? C'est un peu de la triche si vous voulez mon avis. Le regard qu'il me lance... Je n'ai qu'une seule envie, c'est le blottir dans ses bras comme j'avais tant l'habitude de le faire. Je sais que mes joues rosissent de plus belles. Mais c'est incontrôlable. J'espère simplement qu'il mettra ça sur la fraîcheur automnale de cette soirée, même si j'en doute fortement. « Je refuse, c’est injuste pour moi. ». Je lève un sourcil en haussant les épaules. Ce n'est pas moi qui l'empêche de boire. C'est lui qui s'y refuse. Nuance. Et encore une fois, je sais que c'est lui le plus sage dans l'histoire. Cette soirée à quand même pour but de voir où on en est tous les deux. Et si on boit comme des trous à ne plus avoir aucun souvenir de ce qui s'est passé au petit matin, on restera toujours au même point. Mais ça me fait du bien de l'entendre rire. Il commence à se détendre. Donc par conséquent moi aussi. C'est dingue comment l'état d'esprit des autres peut avoir un effet sur le tien. Mais c'est Morgan. Si il est bien, je suis bien. Et si il est mal, je suis mal. C'est comme ça l'amour, c'est ce qu'on dit. Parce que oui, évidemment que je suis amoureuse. Depuis le premier jour et je n'ai jamais arrêtée depuis. La distance n'y a rien fait. Mais comme on se l'est dit il y a cinq ans quand j'ai décidé de m'en aller : parfois l'amour ne suffit pas. Il devrait pourtant. Tout la tension que je ressens s'évapore automatiquement lorsqu'il sert la main que je lui tend. « Enchanté, Norah. Moi c’est Morgan Davis. ». Il rit, et instinctivement, je ris aussi. C'est vrai que c'est un peu ridicule comme situation. C'était la personne qui me connaissait le mieux au monde. Mieux que mes parents. Mieux que moi même. C'est peut-être même encore le cas. « C’est peut-être un peu trop au début ça, Norah. Ou alors il va falloir se créer un nouveau point zéro, parce que je suis pas sûr d’être capable de zapper comme ça nos deux ans ensemble. ». Ce n'est pas ce que je veux non plus. C'était la plus belle période de ma vie. Et ça l'est toujours.

Dans l'idée, je ne suis pas contre. Mais on le reprend où notre point zéro alors ? Je n'ai pas envie de faire comme si ces cinq ans n'avaient jamais existé et reprendre là où on en était resté à l'époque. Mais je n'ai pas envie non plus de repartir sur l'épisode Sophie. Pas ce soir. Je lui ai demandé de ne pas le mentionné et je compte bien en faire de même. Je sais très bien que ça reviendra sur le tapis tôt ou tard. Je ne fais que reculer l'inévitable. Je finis par m’asseoir au pied du phare, face à la mer. J'adore cet endroit. C'est un peu ma montagne à moi. Mon petit coin de paradis où je peux l'espace d'un instant faire semblant d'oublier tous mes soucis. Il n'y avait pas d'endroit comme ici à Londres. Ça m'avait beaucoup manqué. « D'accord, j'ai une idée. Notre point zéro c'était quand je suis partie pour Londres. On fait comme si on n'avait jamais perdu contact ce jour là. Je commence. ». Bon, a vrai dire je ne sais pas trop par où commencer. Mais comme on dit, l'appétit vient en mangeant. La c'est pareil, au fur et à mesure, j'imagine que ça viendra tout seul. « Tu sais ce qui m'a le plus manqué quand je suis partie ? A part toi bien sur. C'est ces paysages. A Londres, tout est tellement gris. Il y a des bâtiments et des gens partout. Un peu le New York de l'Angleterre j'imagine. Je me sentais oppressée et pas du tout à ma place. Les gens sont tellement pressés là bas. Ils prennent pas le temps. Alors quand je sentais que j'avais besoin d'air, il y avait une grande roue. J'y allais, et je priais pour qu'elle s’arrête une fois tout en haut. Mais elle finissait toujours pas redescendre, alors je refaisais un tour. Tout avait l'air tellement beau vu d'en haut. Un peu comme ici. ». Comme pour appuyer mes pensées, une vague vint frapper le contrebas de la falaise sur lequel se situe le phare. Quand je suis arrivée à Londres, a chaque fois qu'il m'arrivait un truc, je me disais : il faut que j'en parle à Morgan. Avant de me rendre compte qu'il n'y avait plus de Morgan. C'est l'occasion de rattraper le temps perdu aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 23:02



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Morgan remarqua à peine le fait que Norah rougissait. Il se demanda depuis quand ça durait et ne pouvait s’empêcher de trouver ça incroyablement attirant. Elle était adorable, et c’est ce qu’il avait toujours aimé chez elle. Elle n’était pas une vulgaire qui draguait les mecs, bien au contraire. Mais elle savait quand même être sexy, quand il le fallait. Et ça, Morgan le savait très bien. Il connaissait toutes les facettes de Norah, et celle-là aussi. Elle réfléchit un moment à ce qu’il venait de dire, son idée de point zéro, tandis que Morgan en profiter pour une nouvelle fois la détailler du regard. Après ce qu’il avait fait, il avait du mal à y croire. Du mal à croire qu’elle était là, juste devant lui, à lui parler. Même s’il espérait énormément qu’elle lui pardonne, il en doutait tout de même. Il ne voyait pas comment elle aurait pu. Et voilà que, même si elle n’avait sûrement pardonné aux deux jeunes, elle avait tout de même accepté de passer un peu à autre chose. D’accord, j’ai une idée. Notre point zéro, c’était quand je suis partie pour Londres. On fait comme si on n’avait jamais perdu contact ce jour-là. Morgan se contenta d’hocher la tête, sachant très bien que ce point zéro ne durerait pas plus d’une heure. Après tout, c’était il y a cinq ans. Il s’en était passé des choses, depuis. Et il le savait bien. Mais pour l’instant, il allait se laisser prendre au jeu, et écouter ce qu’elle avait à dire.

Il la laissa s’asseoir au pied du phare, sans la lâcher du regard, et resta debout en l’écoutant. Tu sais ce qui m’a le plus manqué quand je suis partie, à part toi, bien sûr ? Londres et ses buildings. Il écoutait attentivement tout ce qu’elle disait, hochant de temps en temps la tête pour acquiescer. Elle avait raison. Le ciel pluvieux d’Angleterre pouvait être très morose, mais il devait être bien pire dans une grande ville. Morgan n’avait été à Londres qu’une fois, lorsqu’il était tout petit, bien avant la mort de sa mère. Il se souvenait des gens du quartier d’affaire, tous habillés pareil, marchant avec leur parapluie parmi de grands buildings. Et le ciel, qui n’était plus qu’un tas de nuage de pollution. Il n’y avait pas photo, Morgan était fait pour la petite ville, pas pour ce genre d’endroit. Il aimait, par temps de pluie, se mettre à la fenêtre de sa chambre et observer le voisinage – pas regarder par la fenêtre du cinquième étage d’un immeuble miteux qui donnait sur, surprise, un autre immeuble. Il aimait, lorsqu’il déprimait un peu, n’avoir qu’à aller en ville pour rencontrer quelqu’un de sympathique et se changer les idées. Les grandes villes, ça ne fonctionne pas comme ça. Lorsqu’on va en ville, on ne rencontre que des étrangers, pressés et désagréables. Du moins, c’est comme ça que Morgan voyait les choses. Pour lui, Whitby, c’était déjà un peu trop grand. A part moi … lâcha-t-il inconsciemment, mais sans vraiment le regretter, lorsqu’elle eut fini. Il se décida finalement à s’asseoir près d’elle. Il était cette fois beaucoup plus près que lorsqu’ils s’étaient retrouvés tous les deux assis chez elle, sur son canapé. T’es jamais revenu, en cinq ans ? demanda-t-il en tournant la tête vers elle. Et voilà, il avait déjà oublié le point zéro. Il grimaça un peu. Oublie, je suis censé le savoir, si on part du principe qu’on a pas perdu contact.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 21 Sep - 23:41


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Contrairement à lui, j'évitais avec acharnement de le regarder plus de quelques secondes. Pour me protéger en quelque sorte. Pas de lui, mais de moi. Si il y a quelques jours, quand je le regardais je ressentais de la haine et de la colère, ce n'est plus vraiment le cas aujourd'hui. Oh, je n'oublie pas, mais la rancune ce n'est pas mon truc. Ce n'est pas pour autant que je vais sauter dans ses bras et lui dire que tout est oublié. Je ne suis pas rancunière, mais je ne suis pas naïve non plus. Quand je le regarde un peu trop longtemps, j'ai peur que mes automatismes de l'époque ne prennent le dessus. Mes mains connaissent si bien le chemin qui mène à sa nuque et mes lèvres aux siennes. Mais quand je me dis que la dernière fille qu'il a embrassé est probablement Sophie, s'il ne m'a pas menti à ce sujet, l'idée ne me paraît plus si alléchante que ça. Alors le mieux, c'est de regarder l'horizon et de parler pour penser à autre chose. Ce que je fais. Il reste debout à m'écouter. Ce qui est un peu déstabilisant à vrai dire. Mais pas plus mal pour autant. Ça laisse un peu de distance. J'aime quand il se rapproche de moi. Je ne peux pas le nier. J'aime même un peu trop ça. C'est pour cela que je préfère qu'il garde un peu ses distances. Je ne suis pas certaine de réussir à le repousser si il ne le fait pas. « A part moi… ». A part lui. C'est la personne qui m'a le plus manqué lorsque j'étais la bas. J'étais à mille lieux de m'imaginer qu'il faisait dans les relations familiales à ce moment-là. Quand je suis arrivée dans ma pauvre chambre étudiante, c'est lui que j'ai eu envie d'appeler. Lors de mon premier cours. Quand j'ai visité le London Bridge. Quand j'avais un coup de cafard ou quand j'avais les résultats de mes partiels. C'est toujours à lui que je pensais en premier. A lui que j'avais envie de tout raconter. Il a beau dire, je pense qu'une relation à distance aurait pu fonctionner, entre lui et moi. Mais on ne refait pas le passé, et je lui avais laissé le choix. Il finit tout de même par s'asseoir près de moi. On a jamais été aussi proche physiquement depuis cinq ans. « T’es jamais revenu, en cinq ans ? ». Je n'ai pas vraiment le temps de répondre qu'il a déjà reprit. « Oublie, je suis censé le savoir, si on part du principe qu’on a pas perdu contact. ».

« Si, je revenais une ou deux fois par an. Jamais très longtemps. Pour Noël et autres. ». Je sais que j'ai dis que je voulais qu'on reprenne comme si on avait jamais perdu contact. Mais ce n'était pas forcément dans ce sens là. C'était surtout pour qu'on se raconte un peu nos vies. Ce qui s'est passé ces dernières années. Qu'on parle un peu de tout et de rien. Pas pour que l'on fasse comme si on ne s'était jamais quitté. « Je ne suis jamais venue te voir parce que je ne m'en sentais pas le droit. Je revenais souvent que pour quelques jours. Et tu avais décidé de rompre quand je suis partie. Venir frapper à ta porte quand je passais dans le coin, ça me semblait déplacé. ». Et pourtant, Dieu seul sait le nombre de fois où j'en avais eu envie. Bon, quand je revenais pour seulement une journée, j'avais rarement le temps de faire ou de penser à grand chose. Mais quand je revenais trois où quatre jours, ce n'était pas évident de faire abstraction du fait qu'il habitait seulement à quelques maisons de chez moi et que j'avais seulement à aller frapper à sa porte. Mais je voyais mes parents, je voyais Kit. Et j'arrivais à faire abstraction. « Et toi alors ? Rien à raconter ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Mer 23 Sep - 22:14



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Même si Morgan ne s’y attendait pas, Norah répondit à sa question. Une partie de lui appréciait. Il avait besoin de savoir si elle n’avait vraiment pas eu l’occasion de venir le voir, si elle n’était jamais revenue dans leur quartier, si elle n’était jamais passée devant sa maison en se demandant ce qu’il devenait. Puis finalement, quand il entendit la réponse, il regretta d’avoir posé la question. Si, je revenais une ou deux fois par an. Jamais très longtemps. Une ou deux fois par an. C’est-à-dire une dizaine de fois. Elle était revenue une dizaine de fois, et pas une seule fois n’avait-elle tapé chez lui pour prendre de ses nouvelles. Il se demandait même si elle en avait, par certains de leurs amis en commun. Lui, il n’en avait pas eu. Il n’osait pas en parler. Il faisait le gars fort, celui qui ne pense plus à son ex-copine, qui a tourné la page, qui a oublié même qu’elle existait. Ou que sa maison était à deux rues de la sienne. Mais ce n’était pas le cas. Il passait devant la demeure, des fois, faisait de son maximum pour ne pas se planter devant tel un idiot ou un psychopathe, mais prenant quand même le temps de la regarder, de repenser aux souvenirs qu’ils avaient construit ensemble et à tout ce qu’il avait foutu en l’air sans savoir pourquoi. Mais c’était comme ça, c’était le passé, il ne pouvait plus rien y changer. Une dizaine de fois. Il se demanda pourquoi Sophie n’avait pas craché le morceau plus tôt. Après tout, elle aurait pu. Il ne comprenait pas pourquoi après tout ce temps, elle avait tout gâché comme ça. Il l’aurait sûrement fait lui-même, au bout d’un moment. Mais même s’ils étaient tous les deux autant concernés, il avait l’impression que c’était son secret et que c’était à lui de décider s’il voulait le dire ou pas. C’était ridicule, il ne savait. Une dizaine de fois. Ça voulait dire beaucoup. Une dizaine de fois où elle n’était pas venu, c’était peut-être parce qu’elle avait laissé tomber, elle. Qu’elle avait tourné la page.

Je ne suis jamais venue te voir parce que je ne m’en sentais pas le droit. Je revenais souvent que pour quelques jours. Et tu avais décidé de rompre quand je suis partie. Venir frapper à ta porte quand je passant dans le coin, ça me semblait déplacé. Il détourna les yeux de l’horizon pour poser une nouvelle fois son regard sur elle, perplexe. Il n’aimait pas ce qu’elle disait, même si c’était la vérité. Il savait au fond de lui qu’elle avait eu raison. Se revoir n’aurait peut-être pas été la meilleure solution pour eux deux. Renfoncer le couteau dans la plaie, il ne l’aurait sûrement pas supporté. Il aurait été sous le choc de la voir, là, devant chez lui. Il n’avait aucune idée de comment il aurait réagit. Pourtant, en cinq ans, il n’y avait pas un jour où il n’avait pas regretté la décision qu’il avait prit. Et même s’il savait pourquoi il avait choisi de rompre, ça lui semblait quand même être la pire chose qu’il avait faite. Et toi alors ? Rien à raconter ? Morgan haussa légèrement les épaules, regardant de nouveau devant lui. Il se sentait de nouveau étrangement mal à l’aise. Elle avait tellement de choses à raconter sur elle, sur ses études et sur la vie à Londres. Lui ? La seule chose hors du commun qui lui était arrivé en cinq ans, c’était de coucher avec la sœur de son ex-copine, et il n’en était pas fier. Non, dit-il finalement en regardant les vagues. Enfin si. Je bosse pour mon père maintenant, enfin dans son garage. Il haussa de nouveau les épaules. Face à une jeune avocate fraîchement diplômée, ça semblait plutôt ridicule. Et ma mère est morte, mais c’est pas vraiment un sujet que j’aborde. Encore moins pendant un … rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Mer 23 Sep - 23:19


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je ne sais pas si j'ai bien fait de répondre à sa question. Et je ne sais encore moins si il l'a bien prit ou pas. Mais je ne me voyais pas lui mentir en lui disant que je n'avais jamais remit les pieds ici en cinq ans. Ça me paraît gros comme mensonge tout de même. Mais je ne regrette en aucun cas ma décision de n'avoir jamais été frappé à sa porte. Il y a beaucoup de choses que je regrette dans notre relation. Comme le fait de perdre contact après notre rupture. Je ne sais pas pourquoi on n'a pas continuer a se parler. Ça s'est fait c'est tout. Probablement parce que c'était trop dur. Ou alors parce qu'il était en train de se taper ma sœur. Peut-être pour ces deux raisons. Mais qu'est-ce que cela aurait pu nous apporter de bon que j'aille lui rendre visite ? Rien. Je ne me voyais pas aller le voir, frapper à sa porte alors que je n'étais dans le coin pour seulement deux jours. Je n'osais même pas passer devant chez lui à vrai dire. J'avais tellement peur qu'il soit là, sur le palier ou à sa fenêtre, et qu'il me voit. Je me suis souvent imaginer nos retrouvailles, comme dans les nombreux films à l'eau de rose de je l'obligeais à regarder lorsque nous sortions ensemble. Il faut dire que je n'ai pas été déçu. Nos véritables retrouvailles ça a été des mensonges, de la violence et des larmes. Mais bon, c'est du passé. Et comme je disais, il est peut-être temps de rattraper le temps perdu. Ma question n'a pas l'air de l'inspirer en tous les cas. Au début, je n'ai le droit qu'à un vulgaire haussement d'épaules. Puis il fini tout de même par ouvrir la bouche. « Non. Enfin si. Je bosse pour mon père maintenant, enfin dans son garage. ». J'esquisse doucement d'un signe de tête pour l'encourager à continuer. « Et ma mère est morte, mais c’est pas vraiment un sujet que j’aborde. Encore moins pendant un … rendez-vous. ».

PARDON ? Je crois que ma tête doit vaguement ressembler à celle d'un poisson sorti de son bocal. J'ai même la bouche ouverte. Je reste interdite. Je ne sais pas quoi dire ni quoi faire. Il me dit ça comme ça, comme si c'était normal. Il aurait pu prendre un minimum de gants quand même. « Je suis vraiment désolée Morgan. ». Ma voix n'est qu'un murmure et mes yeux fixent le sol. Je ne vois pas ce que je pourrais dire d'autres. Lui dire qu'il aurait pu m'appeler ou que j'aurais aimé être là pour lui ne semble pas être très approprié. Même si je le pense. Mais je n'étais pas au courant. Je n'ai pas eu de lettre ou de mail. Je n'ai même pas été convié aux funérailles. C'est qu'il ne voulait pas de moi à ses côtés à ce moment-là de sa vie. Ça blesse. Ça blesse vraiment. C'est peut-être égoïste de ma part alors qu'il a perdu la femme qui l'a mise au monde. Sûrement d'ailleurs. Mais si j'avais perdu un membre de ma famille, moi je le lui aurais dis même si on ne s'était pas parler depuis des années. Je l'aurais au moins convié à l’enterrement. Je lui demanderais bien quand c'est arrivé et les circonstances de son décès, mais comme il me l'a bien dit, ce n'est pas un sujet qu'il aborde. Ni au moment des faits, ni maintenant. Même pas avec moi. Il faut croire que je me trompais. Notre relation est bien morte et enterrée. Sans mauvais jeux de mots. Je me lève, toujours sans lui adresser un seul regard. Je ne peux pas le regarder en ce moment. Mon regard est toujours obstinément dirigé vers mes pieds. J'ai l'impression d'être la pire garce du monde. Il m'annonce qu'il a perdu sa mère et je ne pense qu'au mal que ça me fait à moi. « Je crois que je vais y aller. Cette idée de « rendez-vous », si s'en est un, était une très mauvaise idée. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Jeu 24 Sep - 16:52



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Morgan parlait très peu de sa mère depuis qu’elle était partie. Son père et lui étaient tous les deux mal à l’aise lorsque le sujet revenait sur la table, alors en quatre ans le jeune homme avait tout gardé pour lui. Il avait pris l’habitude de ne simplement jamais parler de sa mère. Il savait très bien que ce n’était pas la bonne façon d’annoncer la nouvelle à Norah, qui avait bien connu la mère à Morgan et qui savait qu’ils étaient proches, mais il ne savait pas comment faire. Il ne voyait pas comment prendre des gants pour lui annoncer en douceur, alors il avait simplement tout lâcher d’un coup. Après tout, il ne pouvait pas non plus lui cacher. S’il voulait vraiment la retrouver, il fallait qu’il soit honnête, et il le savait. Honnête sur tous les points. Il finit par regarder la jeune femme, qui semblait légèrement choquée par la nouvelle, et Morgan senti son cœur se serrer un peu. Je suis vraiment désolée Morgan, dit-elle doucement, et il hocha doucement la tête, incapable de dire quoi que ce soit. Ses yeux restèrent concentrés sur elle un instant, aucun des deux n’osant dire quoi que ce soit, jusqu’à ce que Norah se lève, évitant le regard du jeune homme. Je crois que je vais y aller. Morgan fronça légèrement les sourcils. Là, c’était lui qui était surprit. Il comprenait très bien qu’annoncer la mort de sa mère comme ça, c’était un peu brusque, mais de là à partir. Cette idée de rendez-vous, si s’en est un, était une très mauvaise idée. Il continua de l’observer en silence un moment. Il avait du mal à croire qu’elle allait partir, comme ça. Toutes leurs rencontres finissaient très vite, et très mal. Pendant quelques secondes, Morgan eu l’impression qu’elle jouait avec lui, et il détestait ça. Un jour elle le haïssait, un jour elle voulait le voir. Un jour elle voulait parler de Sophie puis ensuite faire comme si rien ne c’était passé. Elle faisait un pas vers lui, puis trois en arrières. Plus les jours avançaient et plus il était perdu. Quand elle n’était pas là, c’était simple. Il pensait à elle, et c’était tout. Là, c’était différent. Il ne pouvait pas rester fâchés, ou même savoir qu’ils avaient rompu alors qu’elle vivait à quelques minutes de chez lui. Il n’arriverait jamais à accepter le fait qu’elle était en ville mais qu’ils n’étaient pas ensemble. Pendant toutes ces années, la seule raison qui lui permettait de tenir le coup quand il pensait à leur rupture, c’était de se dire : Elle est loin, c’est mieux ainsi. Là, ce n’était plus le cas. Elle était juste là.

Il finit par se lever à son tour, se mettant devant elle. Tu te fiches de moi ? dit-il, essayant tant bien que mal de ne pas s’énerver. Il détestait être autant colérique mais, dès que quelque chose aller mal ou qu’il se sentait trahi, il perdait totalement les pédales. Peu importe avec qui il se trouvait. Il détestait d’autant plus ça quand il était avec Norah, qui elle était plutôt douce. Il n’aimait pas cette facette, il n’aimait pas la lui montrer. Pourtant, elle était bien là. Je viens de te dire que ma mère est morte, et toi tu veux partir ? C’est pas comme ça que ça marche une relation. Et même une relation amicale, Norah. Qu’est-ce que tu veux bordel ? Parce que là je comprends plus rien. Tu veux quoi, que je te supplies à genoux ? Que je te supplies d’arrêter de me repousser comme tu le fais depuis que t’es revenue ? Cette fois, c’était à son tour de déballer tout ce qu’il avait sur le cœur. Même si c’était mauvais pour leur relation, ce qu’il savait très bien. Relation, comme s’il y avait la moindre relation. Ils étaient trop stressés et concentrés sur le passé pour que ça marche. Pourtant il savait très bien que ça pourrait marcher. S’ils allaient de l’avant, il savait très bien que ça fonctionnerait comme c’était le cas avant, sans grand soucis. Ils se retrouveraient sans difficultés, spécialement si elle était, comme elle le lui avait dit, toujours entichée de lui. Mais là, elle ne semblait pas en avoir envie. Elle était froide, sûrement encore trop blessée parce qu’il avait fait pour qu’elle arrive à le voir comme si de rien n’était. Il soupira en détournant un peu le regard, sa voix redevenant un peu plus calme. J’essaye. J’essaye vraiment de faire en sorte qu’on avance, mais tu me repousses et… c’est pas comme ça que ça marche entre nous normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Jeu 24 Sep - 18:57


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je me doutais bien qu'il ne me laisserait pas partir comme ça. Et d'un autre côté, j'espérais aussi qu'il m'en empêche. Oui je sais, le cerveau d'une femme ce n'est pas simple tout les jours. Je ne sais même pas moi même pourquoi je fais ça. Des fois, je dis ou fais des choses en espérant qu'il me contredise ou me retienne. D'autres fois, je sais que c'est moi qui aies tord mais je ne peux pas m'empêcher de m’énerver ou de lui en vouloir. Je ne sais pas, peut-être qu'au fond de moi je le teste. Inconsciemment bien sur. Pour voir si il tient vraiment à moi et si ça vaut le coup de nous laisser une seconde chance. Ou alors je fais ça pour tout bousiller et ne pas souffrir une seconde fois. Parce que j'ai peur. J'ai la trouille. Parce que si je me remets avec lui et que ça marche pas ? Si je fini avec le cœur en mille morceaux encore une fois ? Mais à l'inverse, et si ça marchait ? Et si c'était effectivement l'homme avec qui je finirais ma vie ? Celui avec qui j'aurais des enfants ? Une chance sur deux comme on dit. Mais je ne sais pas si je suis prête à prendre le risque de finir brisée. Encore. Il se tient là, devant moi, me bloquant le passage. Et je n'ai pas la moindre fichue idée de ce que je veux. Ce serait tellement plus simple si je le savais. « Tu te fiches de moi ? ». Je sais que je l'ai énervée. Je m'énerve moi aussi. Et je m'en veux. Je m'en veux de lui en vouloir pour un truc comme ça. Je m'en veux d'être blessée alors qu'il vient de m'annoncer probablement le pire événement qui lui ai arrivé ces dernières années. Mais pourquoi il ne m'a pas appelé bordel ? Pourquoi je n'étais même pas au courant ? Ce n'est même pas forcément à lui que j'en veux. Enfin, pas que à lui. J'en veux aux autres, et à moi même. Whitby est une petite ville. Tout le monde se connaît. Et personne, absolument personne ne m'a prévenu. J'aurais dû le savoir. J'aurais dû être au courant. Me l'annoncer comme ça, c'est injuste et cruel. « Je viens de te dire que ma mère est morte, et toi tu veux partir ? C’est pas comme ça que ça marche une relation. Et même une relation amicale, Norah. Qu’est-ce que tu veux bordel ? Parce que là je comprends plus rien. Tu veux quoi, que je te supplies à genoux ? Que je te supplies d’arrêter de me repousser comme tu le fais depuis que t’es revenue ? ». Parce qu'on est amis ? On n'est même pas amis. Je ne sais pas ce qu'on est l'un pour l'autre. On n'est ni en couple. Ni amis. Ni proches. On est des connaissances à l'heure d'aujourd'hui, tout au plus. « J’essaye. J’essaye vraiment de faire en sorte qu’on avance, mais tu me repousses et… c’est pas comme ça que ça marche entre nous normalement. ».

Et ça marche comment entre nous normalement ? On a jamais été dans cette situation. On a jamais été amis. On s'est rencontré cet été là, on a flirté, on s'est mis ensemble, on s'est séparé et on ne s'est plus calculé. Pendant cinq longues années. On ne sait pas comment faire pour entretenir une relation platonique entre nous. En tous les cas, moi je ne sais pas. « On a aucune relation Morgan. On est des ex', on n'est pas amis. On a passé deux ans ensemble. Je t'ai aimé. Vraiment aimé. De tout mon cœur. Et tu ne m'a même pas appelé quand ta mère est décédé ? J'ai eu aussi peu d'importance dans ta vie ? D'accord, on ne se parlait plus. Mais je pensais... En faite, je ne sais même pas a quoi je pensais, mais j'ai dû me tromper. ». La colère est passé aussi vite qu'elle est arrivée. En vrai, là j'ai juste envie de rentrer chez moi, me mettre sous la couette avec une bonne série et une tablette de chocolat. Mais il a raison, ce n'est pas comme ça qu'on avancera. Je vais mettre ma fierté de côté pour une fois. « Excuse-moi. Je suis désolée. Je n'aurais pas dû réagir comme ça. ». Je suis blessée, mais je n'ai aucun droit de l'être. Évidemment, cette pensée là, je la garde pour moi. « Je suis vraiment désolée pour ta mère, je sais à quel point elle comptait pour toi. Et si un jour tu veux m'en parler, je te promets de mieux réagir que ça. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Ven 25 Sep - 2:12



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Il resta planté là, se demandant s’il ne devrait pas la laisser partir. Une partie de lui pensait que oui et l’autre … L’autre ne voulais plus jamais la laisser partir. C’était la plus grosse erreur de sa vie, après tout. Il ne voulait pas recommencer. Alors il resta là, le visage légèrement tourné en attendant une réaction de la part de la jeune femme. Il ne voulait pas lui montrer que lui aussi, il était blessé. Il pensait que s’il pouvait en parler à quelqu’un, c’était à elle. Mais elle s’était énervée, encore. Après tout, il comprenait. Il avait peut-être trop prit au sérieux le retour à zéro. Après cinq ans, il ne pouvait pas espérer devenir son ami, comme ça. Il le savait, il s’était simplement laissé emporter par la joie et l’angoisse de se retrouver là, avec elle, après cinq ans. Elle lui avait laissé une seconde chance, et plus il essayait de faire en sorte de se rattraper, plus il s’enfonçait. On a aucune relation, Morgan. On est des ex. Tout ça commençait très mal, alors il décida de baisser les yeux vers le sol, évitant maintenant de la regarder. Il se sentait honteux d’avoir cru le contraire. Il avait pris pour acquis leur retour à la case amis, mais elle avait raison. Il n’avait aucun droit de croire ça. [color=crimsom]Je t’ai aimé. Vraiment aimé. De tout mon cœur. Et tu ne m’a même pas appelé quand ta mère est décédée ?[ /color] Il ne savait pas, si une nouvelle fois, il faisait un blocage face au décès de sa mère, mais il avait arrêté d’écouter après je t’ai aimé. Lui, il l’aimait encore. Il le savait, il lui avait dit, il ne le cachait même pas. Mais elle, ce n’était pas le cas. Elle, elle l’avait aimé. Au passé. En cinq ans, elle n’avait peut-être eu personne, mais ce n’était peut-être pas pour lui. Encore une fois, il s’était fait des films. Non, Norah n’était pas encore folle amoureuse de lui. Non, le fait qu’ils se retrouvent près du phare ne voulait pas dire qu’ils étaient amis, ou plus. Pourtant, il l’avait très bien imaginé, cette scène. Les deux jeunes, encore fous amoureux l’un de l’autre, se tomber dans les bras près de la falaise après cinq ans à être éloigné. Il pouvait très bien l’imaginer. Mais ça n’arriverait pas. La réalité, c’était pas un film de Nicholas Sparks.

Excuse-moi. Il releva les yeux en entendant la voix de Norah, bien plus douce qu’avant. Bien plus rassurante. Un peu comme lorsqu’ils étaient ensemble, et que juste sa voix le réconfortait quand il allait mal. Je suis désolée. Je n’aurais pas dû réagit comme ça. Je suis vraiment désolée pour ta mère, je sais à quel point elle comptait pour toi. Et si un jour tu veux m’en parler, je te promets de mieux réagir que ça. Il secoua vivement la tête. Non, il ne voulait pas en parler. Plus maintenant. Il avait tenté, et voilà où ça l’avait mené. En quatre ans, c’était la première fois qu’il faisait l’effort d’en parler, et voilà où ça l’avait mené. Et puis, il avait beau être très proche de sa mère, là, c’était autre chose qu’il avait en tête. C’est tout ce qu’on est pour toi ? lâcha-t-il en relevant son regard vers elle, l'air légèrement inquiet. Je représente rien de plus qu’un de tes ex, pour toi ? Mais pourquoi on est là alors ? Tu sais ce que je ressens et toi tu … Il s'arrêta net en réalisant. Oui. C’était peut-être ça, son jeu. Il le réalisait à peine. Il avait été honnête avec elle, sur ses sentiments. Peut-être un peu trop, et elle en profitait. Mais encore une fois, il se faisait sûrement des films, et il n’aimait pas l’idée qu’elle soit la méchante dans l’histoire. Pour lui, ça avait toujours été clair, c’était lui qui avait rompu, lui qui était sorti avec une autre fille. Pas elle. Alors se dire que peut-être elle, elle ne l’aimait plus, et chercher simplement à se venger, ça le rendait malade. Et il savait que c’était impossible, qu’elle était bien trop gentille pour ça. Mais étrangement, toute cette colère qu’il avait ressenti un peu plus tôt lui faisait imaginer des choses horribles, et il se sentait tellement perdu qu’il fini par lâcher le morceau à voix haute. Si t’essaye de me briser le cœur pour me montrer ce que ça fait, je sais déjà. J’ai vraiment souffert quand t’es partie, crois-moi. Pas besoin de me faire plus de peine. Lui qui était là pour être moins froid et renfermé qu’au début, maintenant, c’était pire.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Ven 25 Sep - 11:53


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Pour le moment, j'ai ai eu le droit qu'à un simple hochement de tête. Hochement de tête négatif bien évidemment. Cette situation m'exaspère, me décourage et me met hors de moi. Je pense que tout le stress et la nervosité que je ressentais a laissé place à quelque chose d'autre. De la colère peut-être. Probablement. C'est tellement plus simple de se laisser aller à la colère. Être énervée, ça m'aide à na pas m'effondrer tout de suite. « C’est tout ce qu’on est pour toi ? Je représente rien de plus qu’un de tes ex, pour toi ? Mais pourquoi on est là alors ? Tu sais ce que je ressens et toi tu… ». A mon tour de répondre par un haussement d'épaules. Je deviens froide et distance à nouveau. Évidemment qu'il n'est pas qu'un ex' pour moi. Sinon je ne me serais pas donner la peine d'essayer. Je ne penserais pas à lui à longueur de journée. Je ne ferais pas son numéro sur mon téléphone au moins dix fois par jour avant de me dégonfler. Et même si je sais que de dire ça à voix haute pourrait peut-être nous aider a avancer, je préfère le garder pour moi pour le moment. Vu ce que j'ai récolté à essayer de me dévoiler à lui à nouveau, j'y réfléchirais à deux fois avant de le faire désormais. « Si t’essaye de me briser le cœur pour me montrer ce que ça fait, je sais déjà. J’ai vraiment souffert quand t’es partie, crois-moi. Pas besoin de me faire plus de peine. ».

Il est sérieux là ? Il est vraiment sérieux ? Ok, c’est bon, je suis en colère pour de bon. Je crois que j'ai même des larmes de rage qui commencent à couler le long de mes joues. Je serre les poings et souffle un bon coup pour ne pas donner un coup dans un mur et me casser la main. J'aurais tout gagné. Si je m'écoutais, si j'écoutais ma raison, je tournerais les talons immédiatement, rentrerait chez moi, et il n'aurait plus de mes nouvelles pendant quelques temps. Mais j'écoute ma colère, et ça n'annonce rien de bon. J'ai très envie de l’insulter et de le traiter de tous les noms. J'en ai vraiment envie. Mais c'est une barrière que je ne franchirais jamais. Jamais je ne lui manquerait de respect. Mes yeux se plantent dans les siens. « C'est moi qui veux te briser le cœur Morgan ? Tu te fiches de moi ? C'est toi qui m'as brisé le cœur ! Deux fois ! Quand je suis partie, et à mon retour ! J'ai été à ramassé à la petite cuillère deux fois Morgan, et par ta faute ! Et le pire dans tout ça, c'est que je finis quand même pas revenir vers toi ! Je dois aimé souffrir il faut croire.  Non rectification. Je t'aime toi, et toi t'aime me faire souffrir ! C'est ton petit jeu c'est ça ? C'est quoi la prochaine étape ? Tu veux ma peau ou quoi ? J'essaie, j'essaie vraiment d'essayer de passer au dessus, mais tu crois que c'est facile ? Tu crois que je fais exprès d'être comme ça ? C'est de ta faute si je suis comme ça ! C'est de ta faute si j'ai toute cette colère et cette rancœur en moi. C'est de ta faute si je n'ai plus confiance en toi. Et pourtant, je reviens toujours. Alors non, je n'essaie pas de te faire de la peine. J'essaie de me reconstruire avec ce que tu m'as fait. C'est ce que j'ai essayé de faire lors de mes cinq ans à la ville. Et tu veux un scoop, je n'ai même pas réussi ! Je n'ai jamais réussi à t'oublier et à passer à autre chose. Parce que pour moi tu étais le seul et unique. ». Et il l'est toujours. Mais là, plutôt mourir que de le dire à voix haute. Il ose me faire passer pour la méchante alors que c'est lui qui à tout foutu en l'air. La première fois, c'était de notre faute à tous les deux. C'est lui qui à voulu rompre, mais c'est moi qui voulais m'en aller. Mais nos retrouvailles auraient pu se passer complètement différemment si il n'avait pas merdé. Qu'il ait eu d'autres filles pendant cinq ans, c'est tout à fait compréhensible. Je n'ai aucun droit de lui demander de rester seul et malheureux pendant cinq ans. Mais avec ma sœur, ce n'est pas pareil. C'est une fille que je suis obligée de côtoyer. C'est une fille dont je vais être obliger de voir le visage pendant le reste de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Lun 5 Oct - 11:45



- we're unbroken -
norah percy & morgan davis
--------------------
Morgan se rendait parfaitement compte qu’il avait dépassé les limites. A la minute où il avait fini de parler, il s’en était voulu. Il aurait voulu remonter le temps et zapper cette phrase. Zapper même le moment où il avait parlé de sa mère. Il savait que ça avait plombé l’ambiance, il le savait avant même de le dire. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il avait décidé de lâcher ça, comme ça. Et puis, s’il pouvait remonter le temps, il remonterait avant ça. Il remonterait jusqu’au jour où il avait proposé à Sophie de sortir, il se mettrait trois baffes et garderait ses distances avec la jeune fille, parce que cette petite relation, qui avait tout à envier à la relation que Morgan et Norah avait partagé, avait tout fichu en l’air. Et puis non, il remonterait au jour où Norah était venu chez lui avec cette lettre et, au lieu de la lire, il la déchirerait. Il la déchirerait et dirait à Norah de rester là, avec lui. Qu’il l’aimait, qu’il prendrait soin d’elle, qu’il ne laisserait pas s’échapper comme ça. Mais c’était trop tard, et il ne pouvait pas remonter dans le temps. Il était là, avec toutes ses erreurs. Ses actions, ses paroles. Tout ce qu’il avait foutu en l’air. Et Norah, juste devant lui. Il l’observa longuement, l’écoutant attentivement. Il s’étonnait qu’elle soit encore là. Elle était plutôt du genre à partir, lorsque les choses prenaient un mauvais tournant, et il la comprenait parfaitement. Mais pas cette fois. Non, elle avait trop de choses à dire. C’est moi qui veux te briser le cœur Morgan ? Tu te fiches de moi ? C’est toi qui m’as brisé le cœur ! Le jeune homme baissa la tête, écoutant attentivement tout ce qu’elle avait à lui dire, espérant que la situation se calmerait une fois qu’ils auraient tous les deux dit ce qu’ils avaient sur le cœur. Il l’écoutait, et chacun de ses mots le blessaient. Le fait qu’il l’avait fait souffrir, non pas une mais deux fois. Ca le rendait malade de savoir qu’il pouvait faire autant de mal à la personne à qui il tenait le plus. Tu crois que je fais exprès d’être comme ça ? C’est de ta faute si je suis comme ça ! C’est de ta faute si je n’ai plus confiance en toi. C’était sûrement la chose la plus dure qu’il avait eu à entendre, depuis que Norah était rentrée. Elle n’avait pas confiance en lui. Il releva légèrement la tête, la regarda longuement, écoutant ses derniers mots – qui ne faisaient pas moins mal.

J’aurais pas dû dire ça … marmonna-t-il en la regardant. Il resta silencieux un nouveau moment, leur donnant à tous les deux le temps de se calmer et de réfléchir. Finalement, il fit un pas vers elle, sans vraiment savoir pourquoi. Il l’observa un moment. Je suis désolé, reprit-il. Je suis désolé pour tout, Norah. J’ai jamais voulu te blesser comme ça. Quand on s’est séparé, quand… quand je suis sorti avec ta sœur. Et là, à l’instant. Il savait qu’il l’avait déjà dit, plein de fois. Depuis qu’ils se revoyaient, il avait cessé de compter toutes les fois où il s’était excusé. Mais ce ne serait jamais assez. J’aurais jamais dû te laisser partir, ça été ma première erreur, je le sais. Je voulais juste que tu réalises tes rêves et… Je présume que tout ce qui a suivi ça a été des erreurs aussi. Mais j’ai jamais volontairement voulu te blesser. Il se doutait que ça ne serait pas assez. C’était des mots. Juste des mots. A ce niveau-là, il avait besoin de lui prouver qu’il l’aimait et qu’il ne lui ferait plus de mal, mais Morgan n’avait jamais été très doué pour ce genre de démonstrations, et rien ne lui venait en tête. Il avait beau être honnête, il lui avait menti concernant sa relation avec Sophie, et il ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle le croit sur parole. Comme elle l’avait dit elle-même, elle ne lui faisait plus confiance, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Sam Mortimer
one of us
avatar

(FACE, ©) : britt robertson ©idyllic prince.
(MEETINGS) : 197
(AGE) : vingt trois y.o

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   Ven 9 Oct - 14:14


- take me back to the past -
norah percy & morgan davis
--------------------
Je me rends bien compte des mots qui sortent de ma bouche. J'aurais aimé ne jamais en arriver là, ne jamais avoir à dire tout ça. Ce n'est pas que je le pense pas. J'en pense le moindre mot. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut tout dire. J'aurais aimé pouvoir garder ça pour moi. Pourquoi ? Simplement parce que je sais qu'il tient à moi malgré tout, je sais qu'il est sincère, et je sais que tout ce que je dis le blesse. Je n'ai pas envie de le blesser. Ce n'est pas parce qu'il m'a fait du mal que j'ai envie de lui rendre la monnaie de sa pièce. Je n'aime pas me venger. Je ne suis pas le genre de personne à dire œil pour œil et dent pour dent. Quand on me fait du mal, j'encaisse et je me tais. Je suis rancunière, mais pas méchante. Cependant, je ne regrette pas d'avoir cracher le morceau. Peut-être que ça le fera réagir. Quand je lui dis qu'il me faut du temps, ce n'est pas pour l'embêter ou le faire maronner. C'est simplement que j'ai réellement besoin de temps. Je me sens déjà mieux qu'il y a quelque temps quand il est venu frapper à ma porte. Mais je ne sais pas combien de temps il me faudra pour réellement passer au dessus de cette histoire. Des semaines. Des mois. Des années. Peut-être que je n'arriverais jamais à passer au dessus. Mais ça, je refuse de me le dire. J'aime Morgan. Je l'aime vraiment. Même après cinq ans. Et je n'arrive pas a me dire que je suis trop bornée pour passer au dessus de cette histoire, car cela voudrait dire qu'entre lui et moi c'est peine perdu. Je veux lui refaire confiance. Et j'essaie vraiment. Mais ce n'est pas la chose la plus facile du monde. « J’aurais pas dû dire ça… ». Je ne le contredis pas. Non il n'aurait pas dû. Mais je ne lui en veux pas. Je suis juste en colère. Un silence s'installe. Un silence que je ne brise pas. Je crois que j'en ai déjà assez dit. Je n'ai pas tout dit, mais j'en au dit beaucoup. Il finit par faire un pas vers moi, et je l'observe sans bouger. Je ne détourne pas les yeux même si j'en ai très envie. Je l'ai déjà assez fait. « Je suis désolé. Je suis désolé pour tout, Norah. J’ai jamais voulu te blesser comme ça. Quand on s’est séparé, quand… quand je suis sorti avec ta sœur. Et là, à l’instant. J’aurais jamais dû te laisser partir, ça été ma première erreur, je le sais. Je voulais juste que tu réalises tes rêves et… Je présume que tout ce qui a suivi ça a été des erreurs aussi. Mais j’ai jamais volontairement voulu te blesser. ».

Je ne sais pas quoi répondre à ça. Je n'ai pas envie de lui dire que ce n'est pas grave parce que ça l'est. J'ai l'impression de l'entendre s'excuser à longueur de temps depuis que l'on s'est revu. Et qu'est-ce que j'aimerais que ses excuses soient suffisantes. Je l'aimerais vraiment. Je ne peux pas lui dire qu'il faut des actes, parce qu'il en fait. Il en fait beaucoup. Ses messages ou la plupart de ses actes me prouve qu'il s'en veut et qu'il aimerait plus que tout qu'on se retrouve comme avant. Je ne sais pas ce qu'il me faut de plus. Il faudrait que ce cauchemar n'ait jamais existé. Mais ce n'est pas possible. On ne peut pas changer le passé. Je ne sais pas ce qu'il me faut de plus pour lui donner une autre chance. Pour nous donner une autre chance. Je sais que peu importe ce que je lui demanderais de faire pour arranger les choses, il le ferait. Mais je ne sais simplement pas quoi lui demander. « Je ne sais pas quoi te dire Morgan. Je ne sais pas quoi faire. J'ai envie d'être avec toi. Mais je n'y arrive pas. Je n'y arrive simplement pas. ». A chaque fois que je me dis « pourquoi pas » ou « peut-être que » et que j'ai envie d'être avec lui de nouveau, j'ai le fantôme de sa relation avec Sophie qui m'en empêche. Quand j'ai envie de me blottir dans ses bras, je l'imagine elle contre lui. Quand j'ai envie de l'embrasser, j'imagine ses lèvres à elle contre les siennes. Je me dis qu'il va me comparer à elle. En tous les cas, moi je me compare à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: take me back to the past (norah)   

Revenir en haut Aller en bas
 
take me back to the past (norah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: writing history. :: GAME OVER-