AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'AVENTURE CONTINUE ICI ; http://mebeforeyou.forumactif.org/

Partagez | 
 

 (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Scotty Lowry
one of us
avatar

(FACE, ©) : ic.
(MEETINGS) : 654

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis   Sam 5 Sep - 10:06

Après des années et des années ancrées dans une certaine omniprésence de sexualité dans sa vie, le trentenaire avait acquis une certaine expérience qui se faisait ressentir lors de ses ébats. Sans aucune prétention, Scotty savait comment faire plaisir à un homme (et même à une femme, dans le cas contraire) même si paradoxalement, le trentenaire n'avait guère confiance en lui et ne savait vraisemblablement pas ce qu'il valait. La virilité durcie de son amant, le professeur continua ses vas-et-viens, ses mouvements à un rythme régulier et aussi soutenu. Les caresses buccales provoquèrent des gémissements, parfois aigus de sa victime, qui résonnèrent aux oreilles de l'acteur, satisfait de l'effet produit. Il le sentit tendu, cambré, comme s'il allait craquer d'un instant à l'autre. Cependant, le professeur n'arrêta pas sa torture sensuelle, continuant ses mouvements avec plus de rapidité et de profondeur. Ce n'est qu'après quelques minutes qu'Ellis décida de ramener son amant à la réalité, à réclamer sa présence à sa hauteur, ce que Scotty, docile, effectua, s'arrêtant lentement, délaissant l'entrejambe du danseur pour revenir à son visage, l'embrassant une nouvelle fois, dévorant ses lèvres humides.

Tout aussi essoufflé que son amant, Scotty en profita pour calmer quelque peu ses ardeurs, reprenant son souffle tout en quittant aucunement le regard du plus jeune, fiévreux de désir. La température avait rapidement grimpé, devenant comme celle d'un sauna où l’étouffement et le bien-être arrivaient à se combiner. Front contre front, le professeur hocha sa tête face à la demande d'Ellis. Les deux n'en pouvaient plus, supportant avec difficulté la pression que réclamaient leurs corps désireux l'un de l'autre. Les corps se collèrent instantanément, ne pouvant plus supporter cette séparation de quelques millimètres. Plaquant de nouveau ses lèvres contre celles de son amant, Scotty fit agir un de ses bras pour ouvrir le tiroir de la table de chevet en prendre avec difficulté un des préservatifs présents. Le ramenant à lui, il ouvrit l'emballage, avec maladresse, de ses dents. Se relevant, il s'accroupit devant le corps nu d'Ellis, spectacle qui s'autorisa à regarder pendant quelques instants le temps qu'il se protège et enfile sur sa virilité le préservatif. Le regard envahi d'une immense flamme de désir, l'aîné se permit d'allier tendresse et sensualité, caressant avec envie le torse de son amant jusqu'à ses jambes qu'il écarta avec douceur. « J'ai jamais autant désiré quelqu'un de ma vie. » confia-t-il avec un petit sourire.

Il humidifia deux de ses doigts qu'il porta jusqu'à l'intimité d'Ellis, les enfonçant avec douceur pour le préparer à le recevoir. Faisant de légers mouvements, il fit monter douloureusement la tension entre eux. Lorsqu'il jugea le terrain prêt, il s’immisça dans l'intimité de son amant sans précipitation jusqu'à s'y sentir à l'aise, jusqu'à posséder son élément. De ce fait, il s'allongea sur Ellis, son torse frôlant le sien, ses lèvres retrouvant son âme sœur et il commença les allers-retours, les coups de rein. Rien n'était plus plaisant que de ne faire qu'un avec lui. Il ne le baisait pas, il lui faisait l'amour, tentant de mêler sauvagerie, passion, amour et tendresse. Il dévora une nouvelle fois ses lèvres, apposant un baiser langoureux. Les langues dansèrent l'une contre l'autre. Le rythme s'accéléra, devenant plus passionnel. Il ne pouvait contenir les quelques gémissements et plaintes qui sortaient de sa bouche. Sa bouche dévia dans le cou du danseur où elle déposa quelques petits baisers et entre eux baisers, il lâcha un « Je t'aime tellement, Ellis. » Et ce n'était peut-être pas la phrase à dire pour ce qu'ils étaient mais il ne pouvait s'en empêcher, possédé par le désir et la passion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis   Dim 6 Sep - 0:24

you should take off your clothes right now
scotty ∞ ellis
Tout le monde a son avis sur le sexe. Pour certains, c’est sale, pour d’autres, c’est important. N’importe quel humain en a besoin, bien que beaucoup en abusent, ne font pas attention et se laissent aller à leurs désirs sans se soucier de quoi que ce soit. Ça avait été le cas d’Ellis, qui était dicté par des pulsions animales. Comme s’il finirait par tomber sur quelqu’un ou quelque chose pour calmer ses ardeurs. Il avait enfin trouvé. Scotty. Ressentait-il seulement le besoin d’aller voir ailleurs alors qu’il avait la chance d’être dans les bras de la perfection ? Difficile à dire. Il n’y avait aucune bonne conscience, pas de logique, envolée avec Jay, son ex. Celui qui avait osé lui faire une blessure profonde, était partit sans se retourner et sans aucun remord. A chaque fois que ses pensées revenaient vers cet homme, le danseur avait besoin de se perdre, d’oublier, de s’évader. Et quoi de mieux que de se donner au premier venu ? Il s’était forgé une réputation, une personnalité avec un mot d’ordre qui n’était pas au goût de tout le monde. Et il avait enfreint sa règle première : s’attacher. Il y avait Scotty, il était toujours là, en pensées, et une fois dans ses bras, plus rien n’avait d’importance, le monde pouvait bien s’écrouler, il ne pensait qu’à son professeur, celui qui arrivait à lui redonner confiance en l’être humain. Celui qui le traitait comme un prince.

La passion devint étouffante. Ellis en vint à supplier son amant, ne voulant faire plus qu’un avec lui. Son parfum… cette proximité lui permettait de se délecter de son odeur, savourer ses lèvres, s’abandonner dans cette extase sans fin. Il aimait ses baisers, qu’ils soient délicats, sauvages, prudes… tous étaient parfaits. La main du danseur glissa sur le torse du trentenaire, il caressa sa peau, dessina ses muscles du bout des doigts. Lorsqu’il se redressa, Ellis pu apprécier la vue de son corps nu, transpirant, le corps de cet homme qui avait envie de lui. Son cœur se remit à accélérer, comme si ce n’était pas suffisant. « J’ai jamais autant désiré quelqu’un de ma vie. » Il se sentait tellement important, presque indispensable. Ses confessions étaient rassurantes, la vague de chaleur qui se propageait en lui ne faisait que le confirmer. Il aimait chaque mot prononcé par son amant, chaque compliment. Il aurait voulu les entendre, encore et encore. Le danseur suivit le moindre de ses faits et gestes du regard, et alors que les doigts de Scotty vinrent vers son intimité et y entrèrent, le garçon retint un gémissement. La lèvre inférieure pincée, sa main agrippa le drap. Ce n’était qu’un avant-goût de ce qui l’attendait dans quelques secondes. Et bien que l’étudiant connaissait cette sensation, elle était toujours aussi puissante, si bien qu’il du faire un effort monstre pour ne pas crier.

Les lèvres du professeur vinrent reprendre les siennes. Ellis ne se fit pas prier pour encourager ce baiser, y transmettant toute la passion dont il était victime. Chaque coup de reins le faisait gémir, il ne pouvait pas cacher l’intensité de son excitation, l’envie folle qu’il continue, ne s’arrête jamais. Le front du danseur était en sueur, ses doigts tremblaient, vinrent griffer le torse du beau brun qui le possédait et faisait de lui son être vulnérable. Les lèvres de Scotty allèrent sur son cou. Ellis en profita pour tenter de reprendre sa respiration. « Je t’aime tellement, Ellis. » Le souffle coupé. Il ouvrit les yeux, rivés sur le mur à côté du lit. Aucun mot ne pouvait décrire ce qu’il ressentait, ce qui se passait en lui. Une explosion sans égale, une onde de choc, un cataclysme. Son cœur n’allait pas tenir le coup. Son asthme. Sa respiration, déjà difficile, s’accentua. Il aurait voulu se convaincre qu’il n’avait pas entendu, mais non, c’était clair. Là, tout près de son oreille, cette voix avait dit les mots qu’il avait rêvé d’entendre. Tout semblait prendre un sens. Mais figé, impuissant, rythmé par les coups de reins de son amant, aucun mot ne sortit de sa bouche. Il mourrait d’envie de lui répondre, lui hurler la vérité, mais ses cordes vocales se bloquèrent. Une force l’en empêchait.
Alors que lui aussi, il l’aimait. A en crever.

Des larmes embuèrent les yeux du plus jeune. Il sourit. Ce soulagement était tel qu’il avait l’impression de fondre. Ses mains attrapèrent le visage de Scotty. Il l’embrassa, encore une fois, mais différemment de toutes les fois précédentes. Il était tendre, délicat, amoureux. Il priait pour que ça se ressente, que son professeur puisse se rendre compte de ce qu’il voulait lui faire comprendre. Ses doigts se faufilèrent dans ses cheveux, il caressa ses mèches, l’autre alla sur son torse. Il n’avait pas cherché à cacher ses yeux larmoyants cette fois-ci, il voulait que ça se voit, que sa joie se lise dans ses iris. Il mit fin au baiser, passa son index sur les lèvres de son amant. « Alors ne t’arrête pas… montre le moi… » murmura-t-il en plongeant son regard dans celui de Scotty. Il était amoureux.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Scotty Lowry
one of us
avatar

(FACE, ©) : ic.
(MEETINGS) : 654

READ MY TEA LEAVES
(RPs) :
(RELATIONSHIPS):

MessageSujet: Re: (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis   Dim 6 Sep - 23:32

Il était pris dans cette vague de désir, il ne pouvait s'y échapper. Passionné, il continua ses coups de rein dans un rythme soutenu, son visage plongé dans le cou de son amant, le dévorant de partout, le consumant jusqu'à l'épuisement. Il avait avoué ces quelque mots, sûrement incité par une passion folle qui le conduisait à désirer Ellis. Il avait déclaré ces mots interdits, trois mots, sept syllabes et il était à lui. Il ne s'en rendait pas compte, il n'avait plus aucune raison et ces propos seraient déplacés parce qu'ils étaient quoi, justement. Deux personnes qui s'étaient connus dans un bar, l'un déclarant à l'autre qu'il était son genre d'homme et leur relation portée sur le sexe avait commencé. C'était seulement cela, juste du sexe. Puis, parfois, à quelques moments, cela avait dérapé. Il y avait eu des caresses, des mots doux, des moments de complicité. On ne pouvait déroger à cette règle avec le professeur empli de tendresse.

Dans ses mouvements, Scotty se sentit ramené à la hauteur du danseur qui réclamait sa présence et ses lèvres pour un baiser qui lui était étrange, incongru, nouveau et grisant. Ellis s'attendrissait et en quelque sorte, le trentenaire aimait cela. Il ralentissait la cadence, se calmant quelque peu afin de reprendre son souffle. Il transpirait, ressentant des gouttes de sueur partout sur son corps. Il contempla Ellis dans les yeux, se laissant caresser ses mèches de cheveux. Il percevait de légères larmes dans les yeux du cadet, ayant peur de l'avoir blessé dans ses mouvements. Il se sentait gêné, c'était la première fois qu'il assistait en plein acte à ce spectacle triste, à voir des larmes dans les yeux de son amant. Il ne comprenait pas le message, ne savait vraiment ce que cela voulait dire. Ce n'est lorsqu'il entendit les paroles douces de son amant lui suppliant de ne pas s'arrêter qu'il comprit que ses larmes n'étaient pas une manifestation de douleur, mais que représentaient-elles ? Ne préférant guère s'en occuper, Scotty préférait accéder à la demande d'Ellis, celle de ne pas s'arrêter, de lui montrer. Lentement, il reprit ses mouvements et en quelques minutes, la vitesse de ses coups de reins s'était multipliée et amplifiée, ses lèvres étant retournées au creux du cou de son amant où il poussa sans retenue de multiples gémissements et plaintes. C'était bon, c'était même trop bon et ne pouvant aucunement s'arrêter, il finit par gémir fortement, se noyant dans les cotons de la jouissance, se consumant totalement en Ellis, une fin prononcée par un cri de bonheur, un cri qui exposait son orgasme. « Tu m'as... vaincu, je suis complètement.. » fatigué, retourné, tant d'adjectifs qui exprimaient son vide. Un vide comblé, un vide heureux, un vide paradoxal. Restant quelques secondes dans cette position où il apposa quelques petits baisers dans le cou d'Ellis, il remonta bien vite à son visage pour lui déposer un petit baiser avec tendresse. Se retirant, il s’effondra à ses côtés, ayant l'impression qu'il ne pouvait plus bouger. Le regardant avec un immense sourire et se sentant humide, il se laissa aller, caressant la chevelure de son amant avec ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis   Lun 7 Sep - 0:02

you should take off your clothes right now
scotty ∞ ellis
Ce n’était pourtant pas si compliqué, il suffisait de se lancer, de se laisser aller et d’enfin briser la glace. Mais cette force était omniprésente et l’empêchait de se livrer, elle le tirait vers le bas, l’éloignait de Scotty. Ses mots résonnaient encore dans son esprit, ils étaient forts et rassurants, tout ce qu’Ellis avait espéré. Son cœur n’avait jamais battu aussi fort, il voyait en son amant une opportunité, celle de revivre et de ne plus se laisser ronger par le passé. Il avait trouvé un homme capable de faire disparaître le moindre soupçon, mais il était encore trop stupide pour s’en rendre compte et l’admettre. Pourtant, les larmes parlaient pour lui, cette façon dont sa gorge se nouait, ces papillonnements dans son estomac, cette envie de crier, d’extirper sa joie. Il se perdait dans ses yeux, admirait les moindres traits de son visage, et savoura les secondes qui suivirent cette déclaration. C’était encore trop tôt, voilà la seule explication possible, la raison de ce blocage. Lorsque Scotty reprit ses mouvements, les intensifiant au fil du temps, le danseur se laissa aller à la sensation dont il était devenu accro. Une main dans les cheveux du professeur, les yeux fermés, il ne retenait aucune plainte. Son corps se cambrait, exalté, ses muscles se tendaient, ses doigts se mirent à trembler. Les minutes devinrent des secondes, elles se consumèrent, et il sentit son amant se laisser aller, crier à l’extase. La lèvre pincée, le plus jeune le serra contre lui, haletant. Son cœur fit un dernier effort, dernières brutalités contre sa cage thoracique. « Tu m’as… vaincu, je suis complètement… » Ellis ne put s’empêcher de rire doucement, accueillant les baisers du trentenaire sur son cou avec plaisir. Il sourit en le regardant, et une fois qu’ils furent allongés l’un à côté de l’autre, ses yeux se rivèrent sur le plafond, alors qu’il tentait de reprendre sa respiration, retrouver un rythme calme.

La chaleur descendait doucement, le froid. Le danseur, dans un frisson, glissa la couette sur lui et s’emmitoufla. Il se tourna sur le côté, de sorte à être face à Scotty, et lui adressa un doux sourire. Quelques secondes de contemplation, le silence. Il s’approcha ensuite et déposa un baiser sur sa joue. « Merci. » dit-il simplement dans un chuchotement. Un baiser sur l’épaule du professeur, et il colla sa joue sur l’oreiller, les yeux fermés. Il était encore sur un petit nuage, emporté par les doux mots de Scotty, comme s’il n’arrivait pas à y croire. C’était un peu le cas, et bien qu’il aurait pu rester sur ses gardes, ne pas s’emballer, Ellis ne pouvait s’enlever cette idée de la tête. La perfection, le soulagement, la renaissance d’un être qui pensait être mort depuis longtemps. Il ne voulait plus partir, plus jamais, ne pas avoir à quitter cet homme qui allait devenir sa force vitale. Avant de plonger dans les méandres du sommeil, le danseur posa sa main sur le torse de son amant, et quelques secondes plus tard, il s’endormit.

Les rayons du soleil furent efficaces. Le lendemain, lorsque l’étudiant ouvrit les yeux, il mit un temps avant de se rendre compte de l’instant. Toujours dans ce lit, dans cette chambre, avec cet homme… Il soupira de soulagement à cette idée, ravi que ce ne fut pas un rêve. Il s’approcha de Scotty, encore endormi, et se blottit contre lui. Mais alors qu’il s’apprêtait à replonger dans les bras de Morphée, un souvenir le ramena à la réalité. Choc soudain, il se redressa, les yeux exorbités. Quelle heure était-il ? Sans attendre, le danseur se leva, attrapa son boxer et l’enfila. Il se précipita dans l’autre pièce et ramassa son jean pour sortir son téléphone portable de sa poche. Il s’en doutait. Il était en retard. Il avait promit de faire des heures supplémentaires au Beckett’s. Ni une ni deux, le jeune homme se rhabilla et enfila ses chaussures. Mais il ne pouvait pas partir comme ça. Une minute de plus, une minute de moins… ce n’était plus très grave à ce niveau. Alors, il fit demi-tour et retourna dans la chambre de son professeur. Il ne s’était pas réveillé, heureusement. Un sourire attendrit apparut sur le visage d’Ellis. Il l’observa quelques secondes, avant de s’approcher du lit. Il se pencha vers lui, caressa doucement sa joue, et alla déposer un baiser au coin de ses lèvres. Délicat. Il aurait voulu rester, mais il se promettait de l’appeler dès qu’il aurait quelques minutes pour lui. Il était temps de partir. Mais avant ça, il s’autorisa à l’admirer encore un instant en caressant ses mèches brunes. Il se pencha à nouveau, embrassa sa joue. « Je t’aime aussi. » Un murmure, le seul instant de courage qu’il avait. Il se redressa ensuite, se pinça la lèvre et tourna les talons pour quitter la pièce. Une fois qu’il eu récupéré son sac, il quitta le loft. Le cœur léger, mais l’esprit tourmenté.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis   

Revenir en haut Aller en bas
 
(hot) you should take off your clothes right now. » scotty & ellis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ME BEFORE YOU. :: writing history. :: GAME OVER-